ESSAI: AUDI Q2 TDI 116ch DESIGN

AUDI Q2 TDI 116 DESIGN  – Prix: 29 850 € –  6 cv – BONUS/MALUS:  0 €  (2017)


Ticket d’entrée!

Il y a certainement mille et une façon d’entrer dans l’univers des marques Premium pour qui n’a pas un budget extensible (autour de 25 000/30 000€), à commencer par des modèles d’occasion plus ou moins récents. Mais pour qui veut absolument disposer d’un modèle de dernière génération au top de la mode, il faut accepter de faire quelques compromis pour contenir la facture, comme par exemple se contenter d’un moteur d’entrée de gamme ou opter pour un modèle pas trop grand.

Le récent Q2 répond à ces critères, avec son format de SUV compact bien dans l’air du temps, et son petit moteur TDI de 116 chevaux.

Alors? Audi « au rabais » ou véritable porte d’entrée vers cet univers qui attire tant de nos jours? Verdict à l’issue de cet essai…


PREMIER CONTACT

Le nouveau Q2 a pour lui de casser quelque peu les codes habituels de la marque aux anneaux, en offrant une ligne originale, parfaitement identifiable certes, mais avec de nombreux détails de styles innovants et inédits.

Au contraire de ce que BMW propose avec sa gamme X, le Q2 n’est pas une copie miniature du Q7 ou du Q5. De quoi cultiver sa différence pour s’adresser à un public plus jeune, avec notamment ce profil si particulier à l’arrière, constitué d’arêtes « triangulaires » originales qui rendent ce Q2 unique dans la gamme avec ses lignes « à facettes ». La custode arrière, massive, s’habille d’un revêtement anthracite laqué, que l’on retrouve sur les passages de roues, le bas de caisse et les pare-chocs.

En cela, cette finition « Design »(le second niveau de finition) fait – comme son nom l’indique – la part belle à l’esthétique, avec en plus de ces éléments laqués un sabot « alu » sous les pare-chocs avant et arrière, ainsi que des jantes en alliage de 17 pouces (215/55 R17). ne manque à cette belle panoplie que des phares « Full LED » pour souligner davantage encore le regard de cette très séduisante auto!

Le reste de la ligne est aussi une réussite: capot nervuré, calandre béante cerclée de chrome, ceinture de caisse haute, porte à faux réduits, ligne de toit fuyante, arrière court et rebondi qui n’est pas sans évoquer… l’Evoque de Range Rover sous certains angles… Nul doute que le Q2 en impose et attire les regards!

Il apporte un indéniable vent de fraicheur dans la gamme Audi, et au delà dans sa catégorie, pouvant provoquer un véritable achat coup de cœur! Côté design donc, le Q2 vous permettra d’entrer par la grande porte dans l’univers Audi, avec cette nouveauté rafraichissante!


SUR LA ROUTE

Des autos avec une esthétique flatteuse, il y en a « à la pelle ». Et il faut bien reconnaitre qu’une opinion sur le physique d’une voiture reste du domaine du subjectif. Quand on désire entrer chez Audi, c’est donc surtout avec l’envie de disposer d’une auto sans faiblesses et totalement aboutie. Comme justifier sans cela, des tarifs plus salés que chez les concurrents généralistes (et même au sein de sa  propre famille avec le prochain T-Roc de Volkswagen…)…

Que nous réserve donc le Q2 une fois la clé de contact tournée? Oui… Point de bouton de démarrage ici, il faut insérer la clé dans un classique Neiman et utiliser son poignet pour réveiller la cavalerie constituée de 116 chevaux bien dressés…

C’est d’ailleurs l’oreille qu’on dresse sur les premiers hectomètres, puisque le moteur TDI ne peut renier son appartenance au monde du « mazout ». Quelque peu « grondant » et légèrement vibrant sous 1500tr/min et sur les deux premiers rapports, il devient fort heureusement très discret par la suite et une fois à bonne température. Il se révèle même particulièrement bien éduqué, l’insonorisation faisant partie des réels points forts de l’auto! Malgré sa faible puissance, le quatre cylindres fait preuve d’une très bonne santé, caractérisée par une vigueur étonnante jusqu’à la  zone rouge située à 4500tr/min. Toniques les 116 petits canassons!

Le silence à bord est tel à vitesse stabilisée, que le confort acoustique n’est perturbé que par les bruits d’air émanant des rétroviseurs extérieurs et qui s’avère du coup désagréables!

En ville, sur petites routes comme sur les grands axes, j’ai été bluffé par le confort exceptionnel de cette petite Audi. La filtration des inégalités de la chaussée est absolument parfaite! Et comme malgré la hauteur de l’auto, ses prises de roulis restent mesurées, il y a même matière à s’amuser à son volant! Les suspensions sont fermes en détente pour contrôler les mouvements de caisse  et éviter des pompages désagréables, et plus souples en compression pour absorber les chocs. Du grand art et au final un super compromis. Petits ou grands, Audi met donc bien un point d’honneur à concevoir ses modèles avec le même niveau d’exigence… C’est un constat indéniable et rassurant!

Le confort est donc LE point fort de ce Q2, en toutes circonstances (malgré quelques trépidations plus sensibles en ville, pour être tout à fait complet)

La douceur générale des commandes induisent naturellement une conduite coulée, mais non dénuée de dynamisme. Ce Q2 est plaisant à mener, grâce à une direction peu vive mais ferme et précise (il y a honnêtement peu de différences de consistance selon les modes de conduite sélectionnés) à la consistance agréable. Elle conduit un train avant imperturbable qui garde sa rigueur et même un certain tranchant bien sympathique en toutes circonstances. Le Q2 est dénué de sous-virage sauf à entrer au panneau « trop tard » dans une courbe serrée. Pas piégeuse pour deux sous, il se dégage de la conduite de cette petite Audi une grande sérénité et un sentiment de confiance qui caractérise l’ensemble de la gamme. Bravo!

L’embrayage, souple comme celui d’une citadine, guide une boite parfaitement étagée, aux verrouillages nets (certains diront « ferme ») via un levier aux débattements plutôt courts. La troisième, « bonne à tout faire » comme j’ai coutume de l’appeler évite de changer trop souvent de rapport, en ville comme en sortie de virage abordé à bas-régimes. Agréable.

Les freins sont finalement les plus déroutants, non pas par un quelconque manque d’efficacité bien au contraire (il est sans histoire et impossible à prendre en défaut même en le sollicitant fortement), mais plutôt par l’attaque hyper courte de sa pédale qui vous envoie la tête dans le volant à la moindre pression quand on n’est pas encore habitué! Si certains pourront trouver cela incongrue sur une voiture à la vocation sage, j’ai  pour ma part aimé ce réglage particulier car il contribue à la vivacité de conduite de l’auto. Et puis une fois cette subtilité assimilée, le dosage reste facile.


À BORD

Des airs de TT! C’est ce qui frappe quand on s’installe à bord du Q2! La position haute et un dessin globalement plus simpliste de la planche de bord que celui de l’illustre coupé empêcheront peut-être certains de souscrire à mon opinion… Mais entre les aérateurs ronds, les touches « piano » et le petit volant au design sportif, et l’agencement des commandes typiquement Audi, il y a de quoi se dire qu’elle a tout d’une grande!!

Bien sûr, les plastiques moussés limitent leur présence à la partie supérieure de la planche de bord, le reste du mobilier étant constitués d’éléments rigides présentant un grain et une brillance différente. Et si certains se montreront sensibles aux rayures, il n’y a globalement qu’à se réjouir des assemblages et de la finition dignes de la marque.

Je serais plus critique sur la tristesse générale qui se dégage de ce camaïeux de gris et de noirs, et surtout je pesterais contre l’absence de tissus sur les contre-portes. Faire des économies, c’est bien compréhensible sur des petits modèles, mais là… C’est un peu mesquin, surtout quand la finition s’appelle « Design »… Heureusement que les touches d’alu sont nombreuses pour rehausser le standing et conserver une touche « techno » et cossue propre aux habitacles Audi.

Net… mais triiiiiiste!!!!

Ne boudons pas notre plaisir pour autant de découvrir l’instrumentation traditionnelle Audi, parfaitement lisible (l’i-cockpit est même disponible en option…), l’interface MMI pour piloter le bel écran qui trône en haut du tableau de bord et l’ensemble des commandes chères à la marque (j’adore par exemple la commande de climatisation, dont les couleurs sont d’une profondeur unique très valorisante).

Satané tunnel central…

L’espace à bord est bon, avec notamment une excellente garde au toit à toutes les places, y compris pour le passager du centre à l’arrière (pour le reste, celui-ci sera assis plus haut, sur une assise plus dure avec les jambes écartées de chaque coté du tunnel central imposant… Oui… C’est une Audi…). J’ai trouvé le dossier de la banquette arrière un peu trop droit à mon goût, mais peut-être suis-je simplement très mal foutu… 😉

A l’avant, rien à signaler pour ce qui est de l’espace disponible aux épaules, chacun se sentira à l’aise. Le petit accoudoir central réglable est une attention bienvenue. La position de conduite est excellente, les sièges offrant un excellent confort et un maintien correct. La sellerie fait « sérieuse »… trop… mais respire la qualité.

Espace aux jambes suffisant au regard du gabarit général.

Avec 4m19 de long, je ne m’attendais pas à grand chose de transcendant concernant le volume du coffre. Erreur! Graaaaave erreur! Avec 405 Litres, il dépasse allégrement celui d’une Golf, de quoi envisager une utilisation familiale sans arrière pensée. A titre de comparaison, puisque les gens « à la mode » ne manqueront pas de les opposer, un Mini Countryman de 4m29 vous offrira 450 litres (405 litres pour la version Hybride) et un Clubman de 4m25 vous proposera 360 litres. Je ne vous parle pas de ces deux véhicules par hasard, j’y reviendrai un peu plus loin…

Son aménagement cubique garantit une utilisation optimale de l’espace. Placé en position haute, le plancher de coffre permet de disposer d’une surface de chargement parfaitement plane lorsque les dossiers sont rabattus. En position basse, la marche est visible mais astucieusement masquée. De la bel ouvrage une nouvelle fois…

Nul besoin de « tirettes » pour rabattre les dossiers, la voiture étant courte on atteint sans peine les poignées situées en haut des dossiers. Je sais… On s’habitue vite au luxe…

Vous êtes des enfants gâtés… 😉


BUDGET

Même s’il vous reste à lire ce chapitre, vous avez d’ors et déjà compris que ce Q2 était une VRAIE Audi, conçue avec tout le sérieux que l’on est en droit d’attendre d’une telle marque… Du coup, forcement, puisque c’est une Audi, il y a fort à parier qu’elle en soit une pour ce qui est de son tarif…

29 850€ hors options, pas de doute, c’est bien une Audi! Oublions d’entrée la version d’appel à 27 050€ à l’équipement indigent et faisons aussi l’impasse sur les versions plus huppées S-Line (pourtant magnifique…) nécessitant un effort de 3 400€ par rapport à notre modèle « Design », sans même parler de la « Design Luxe », 5 800€ plus chère que la nôtre…

Dans cette définition, certes un peu austère à l’intérieur, l’équipement était d’un niveau… satisfaisant sur notre modèle d’essai puisqu’il disposait de nombreuses options, allant de la peinture blanc glacier (800€), de l’Audi Active Line Assist (680€), de l’indispensable ACC (780€), en passant par l’ordinateur de bord couleur (si si… Et à 170€ même…) ou le pack intérieur « Aluminium » à… 80€ (j’ai entendu quelqu’un dire « mesquinerie » dans le fond de la salle! C’est pas sympa!). Ainsi doté notre Q2 dépasse donc les 33 000€!

Une vraie Audi vous disais-je…

Les motorisations diesel n’étant plus vraiment en odeur de sainteté, il y a toujours un bon moyen de faire baisser la facture en optant pour l’essence avec le 1.0 litres TFSI… 116! C’est quand même bien fichu, hein? Et surtout, cela fait le vrai ticket d’entrée à 25 420€ pour la version de base, et donc de 28 220€ pour la finition «  »Design »

Heureusement, au quotidien, le Q2 sait faire preuve de mesure  en proposant des consommations extrêmement basses à vitesses stabilisées: 3 litres à 50km/h (2000 tr/min en 3ème), 4 litres à 90km/h en 6ème (1600tr/min), autour de 5 litres à 110km/h à 1800tr/min (en 6ème) et 5,5 litres à 130km/h (à 2200tr/min). Quelle sobriété!

Reste à parler de la concurrence: Qui lui mettre « dans les pattes »? Les roturiers Renault Kaptur, Peugeot 2008 ou Citroën C3 Aircross? Vous n’y pensez pas… le récent Seat Arona au gabarit comparable? Si les prestations sont probablement voisines, les tarifs et la stature n’ont rien de comparables…

Non… La seule qui puisse lutter en offrant la même aura serait un Mini Countryman, la presse spécialisée ne s’étant d’ailleurs pas privé de  les opposer. Et pourtant, de mon point de vue, ils ne boxent pas dans la même catégorie! Le Countryman est plus long, plus habitable et se revendique plus familial et polyvalent. Dérivant du BMW X1, ce n’est pas un hasard…

Alors même s’ils n’appartiennent pas directement à la même catégorie (petit SUV pour l’une, break atypique pour l’autre…), je trouve personnellement qu’une Mini Clubman serait la concurrente la plus à même  de faire de l’œil à cet acheteur qui souhaite faire son entrée dans le monde du « Premium ». Et pourtant: une nouvelle fois, Une Clubman Cooper D offrant 150ch (pour 28650€) ne saurait faire l’affaire! Il  faut donc se tourner vers une One D de 116 chevaux pour trouver LA vraie rivale de l’Audi Q2 TDI 116. Certes, le tarif de l’Anglo-germanique de 26 600€ « seulement » est attractif, mais l’équipement est proprement indigent et il faudra recourir à de nombreuses options ne serait-ce que pour soigner le look… Le Q2 reprend donc des couleurs!!


LES POINTS FORTS

Look sympa et rafraichissant pour la marque

Confort bluffant

Prestations dynamiques de premier plan

Moteur plein d’allant

Sobriété

Polyvalence d’utilisation

Qualité d’assemblage

Bonne habitabilité générale

Une vraie Audi

Pas vraiment de concurrentes

***************

LES POINTS FAIBLES

Tarif prohibitif

Équipement de série limité

Ambiance intérieure austère

Bruits d’air autour des rétroviseurs extérieurs

CONCLUSION

Soyons clair, ce Q2 Design TDI 116 n’est pas donné. Mais si ce petit SUV n’existait pas, il faudrait pour cette somme, passer par la case « occasion » pour entrer dans l’univers Audi avec ce que cela implique d’incertitude. Et pour ce prix, les prestations de cette version d’entrée de gamme sont largement au niveau de ce qu’on est en droit d’attendre de la marque aux anneaux. Il n’y a objectivement à lui reprocher que son niveau d’équipement indigne de son prix, en partie compensé par son design craquant qui, sans totalement renouveler le genre, rajeunit avec talent l’image d’Audi.


REMERCIEMENTS

Merci à nouveau à la concession AUDI AXESS AUTOMOBILES de Brive-la-Gaillarde (GROUPE FAURIE) qui m’offre la possibilité d’essayer en toute confiance leurs véhicules.

Merci à toute l’équipe de la concession pour son accueil chaleureux.

 

AUDI AXESS AUTOMOBILES

Rue Armand Sourie,

19100 Brive-la-Gaillarde

05 55 87 96 64


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *