ESSAI: BMW X1 25d 231ch M SPORT BVA8

BMW X1 25d 231ch XDrive M SPORT BVA8  Prix: 50300 € – 13 cv – MALUS:  140 €  (2017)


CHEF DE MEUTE!

Beaucoup plus proche esthétiquement de ses grand frères X3 et X5 que ne l’était la précédente génération, le nouveau BMW X1 s’en éloigne pourtant « philosophiquement », en renonçant à la propulsion. Partageant désormais le châssis de l’Active Tourer et de la nouvelle  Mini Countryman, ce soucis de rationalisation doit-il pour autant nous faire craindre la perte de son âme de BMW?

Le plaisir de conduire étant un principe incontournable de la marque à l’hélice, il n’y a pas trop d’inquiétudes à avoir, sauf à être le plus « irréductible » des irréductibles…

Essayée ici dans son exécution diesel la plus haut de gamme, en version X Drive quatre roues motrices donc, ce n’est pas avec cette version qu’il faut attendre de quelconques concessions…  

Pour mieux écraser ses concurrentes?


PREMIER CONTACT

Relevant davantage du break surélevé que du SUV compact, le X1 premier du nom avait pourtant séduit. Le nouveau, mini clone du X5 (et du X3) offre un design véritablement séduisant. Dynamique, grâce à son profil sculpté, et sa ligne plongeante et son arrière court, le X1 met « dans le mille »! Il n’y a vraiment que son encombrement général plus réduit (4,43m en longueur) et les phares qui ne rejoignent pas les « haricots » de son capot pour le différencier nettement du X5. C’est extrêmement valorisant pour le propriétaire du « p’tit frère » et cela donne une vraie cohésion à la gamme « X » de BMW, le précédent X1 étant vu par beaucoup de puristes comme un vilain petit canard…

Toujours est-il que sa prestance est réelle, et qu’il n’y a pas vraiment de concurrente pour lui faire  de l’ombre dans la catégorie, à part le récent Mercedes GLC qui vient lui aussi, comme par hasard, remplacer un modèle à l’esthétique discutée!

Dans cette livrée « M Sport » la ligne est magnifiée par de nombreux éléments esthétiques très réussis. Les pare-chocs se virilisent, la peinture recouvre intégralement la carrosserie (jusqu’aux passages de roues en plastique noir sur les autres finitions), la double sortie d’échappement et les grandes jantes de 19 pouces au dessin sportif font leur petit effet (option à 610€), tout comme l’encadrement des vitres noir laqué, en lieu et place du chrome des versions plus bourgeoises.

Bref, vous l’avez compris, je serais volontiers reparti avec cette version au design irréprochable… Et pourtant, je ne peux m’empêcher de me demander si une telle version est bien utile pour un SUV… La finition « Sport » est sans doute suffisante pour exprimer vos envies de sportivité…

L’envie de prendre la route étant à son paroxysme, surtout avec 231 chevaux annoncés sous le capot, je tombe le blouson, case mon matériel photo dans le vaste coffre et grimpe à bord sans perdre une seconde…


SUR LA ROUTE

Ne tournons pas autour du pot, j’ai pris un immense plaisir à rouler dans ce X1. Au risque de choquer quelques puriste, pour moi une voiture réussie passe avant tout par un châssis talentueux!  En la matière, le X1 est particulièrement bien servi! On sent le châssis « hyper rigide » faire « bloc », ce qui permet de parfaitement sentir les suspensions faire leur travail. Suspension spécifique pour ce modèle M Sport puisqu’il dispose de la suspension et de la direction « DirectDrive » (disponible en option sur les autres X1, rassurez-vous, contre 350€ pour la suspension et 250€ pour la direction… Il serait dommage de s’en priver!)

La caisse est maintenue sans roulis, tandis que les suspensions filtrent parfaitement les défauts de la chaussée, la quadrature du cercle en quelque sorte, malgré l’exigeante monte pneumatique de 19 pouces (225/45 R19)! Le confort est donc ferme sans jamais être inconfortable. la voiture digère tout, mais sans mollesse, laissant bien  transparaître le caractère sportif de son châssis.

J’ai apprécié de sentir les suspensions sport bien verrouillées en détente, qui endigue pompages et louvoiements, sans que les passagers n’aient pourtant à souffrir de trépidations dans l’habitacle.  

Bref: le toucher de route est exceptionnel en toute circonstance, et procure autant de plaisir qu’un grand sentiment de sécurité et de sérénité. La transmission intégrale X-Drive y est sans doute pour quelque chose, mais elle qui agit avec une telle discrétion qu’on ne retient au final que l’efficacité générale du X1. Ville, route, autoroute: c’est un sans faute.

Je pourrais éventuellement épingler une prise de roulis sensible sur petites routes et un sous virage prononcé lorsqu’on sort la « grosse attaque », ce qui est tentant vu la motorisation et la finition « M Sport » évocatrice. On touche ici aux limites d’un véhicule qui n’est pas totalement taillé pour le sport de part son ADN de SUV au centre de gravité haut perché et au poids conséquent (1575kg tout de même).

Mais pour être juste, je pense qu’on peut incriminer les conditions météo de mon essai, avec des routes très très froides, qui ne font pas bon ménage avec des pneumatiques « été » performants, à la gomme inévitablement pas dans sa fenêtre de fonctionnement optimal.

J’ai beaucoup aimé le freinage à la consistance parfaite et au dosage facile, malgré une course de pédale longue bien dans la tradition BMW et une intervention précoce de l’ABS. Les conditions météo n’y sont pas pour rien une nouvelle fois!  

Du côté de la direction, on touche au sublime tant au niveau de sa consistance et de sa précision. malgré un léger manque de ressenti du train avant en conduite sportive (encore une fois, la voiture nous y invite…). L’absence d’effet de couple même sous forte accélération ou « toutes roues braquées » m’aurait presque fait croire que j’étais au volant d’une propulsion.

Le volant, parfait lui aussi (diamètre, épaisseur de la jante, ergonomie, positionnement des palettes), commande un train avant très précis: un simple impulsion induit un mouvement du train avant, mais sans être piégeuse ou trop vive pour autant. Parfait!

L’ensemble de ces qualités a fini de me convaincre que je tenais à l’occasion de cet essai ma nouvelle référence en matière de direction

Si pour moi un bon châssis aura toujours la priorité, cela ne veut pas dire que je me fiche de la partie mécanique, loin de là! Et quand on a d’aussi bonnes disposition dynamique il serait effectivement dommage de les gâcher avec une mécanique « pas au niveau »!

Pas d’inquiétude avec cette 25d, puisque le 4 cylindres turbo développe la puissance confortable de 231 chevaux à 4000tr/min et un couple généreux de 450Nm disponible à 1500tr/min. Autant dire que le bougre n’amuse pas le terrain lorsqu’il s’agit d’appeler la cavalerie!

Le moteur est vraiment plein et très réactif jusqu’à la zone rouge, et ce sur les trois modes de conduite: COMFORT, SPORT et même ECO PRO. Jamais on ne sent la mécanique muselée par l’électronique ni caricatural dans sa gestion. En mode SPORT, le 2 litres est une « balle » tandis que la sonorité devient plus suggestive avec des tonalités plus rauques et caverneuses. Voilà un exemple à suivre par quelques constructeurs qui s’emmêlent parfois les crayons dans leurs gestions électroniques…

La sonorité n’est jamais exagérément « diesel », et se fait toujours discrète. J’ai bien aimé sentir un petit coup de pied aux fesses, discret mais sympa, passé 2000 tr/min. Le moteur est assez calme en dessous de ce régime, ce qui traduit une certaine longueur des rapports.   

Ce moteur est une réussite, bien secondé par la bien connue et réussie boite automatique à 8 rapports au fonctionnement irréprochable. Elle est peut-être la meilleure sur le marché actuellement. Douce, rapide et intelligente (les différents modes de conduite ont une vraie influence sur sa gestion, comme le mode SPORT qui rentre un rapport et fait grimper le régime moteur de 500 tours pour plus de vivacité), elle est aussi secondée par un mode manuel avec palettes au volant. Dans ces  conditions, il est possible de tutoyer la zone rouge sans passer le rapport supérieur. Parfait.  

Très agréable et efficace, ce couple dégage une force tranquille rassurante, jamais impressionnante qui pourrait sans doute faire hésiter avec la 20d de 190 chevaux qui ne doit pas manquer de qualités non plus, les deux niveaux puissances étant finalement assez proches…  À moins que vous ne vouliez absolument chasser le dernier dixième…


À BORD

Certains trouvent les intérieurs BMW très proches les uns des autres. Qu’importe si le charme et le standing sont là, ce qui est bien le cas dans les habitacles bavarois. À l’élégance naturelle de tous les X1, cette version M Sport y ajoute une touche de sportivité discrète mais réelle et qui rehausse encore le cachet de cet intérieur.

Le soin du détail est extrême, avec ces éléments bleus spécifiques, la présence massive d’alcantara sur les sièges et les portes ou et les superbes surpiqures bleues des sièges, de la console centrale ou du volant.  

La finition fait honneur à la réputation de la marque avec des plastiques moussés du haut de la planche de bord jusqu’au dessous de l’accoudoir de la contre-porte. C’est suffisamment rare pour être souligné et cela participe au sentiment d’opulence qui vous étreint lorsque vous pénétrez à bord. Le grain des plastiques est sobre, soigné, tandis que les ajustements et assemblages permettent de comprendre pourquoi BMW appartient au segment « Premium »… Il n’y a pas de hasard…

J’ai juste trouvé dommage que deux vilaines vis fixant l’instrumentation à la casquette ne soient pas masquées. En même temps, il faut se pencher pour les voir…

Les graphismes sont aussi simples que lisibles et le superbe grand écran multimédia piloté par un iDrive très facile d’utilisation apporte la note « techno » à cet habitacle décidemment très agréable! l’ergonomie est parfaite et jamais on ne peste contre l’écran non tactile. Au moins on ne passera pas notre temps à tenter d’éliminer les traces de doigts… Personnellement je préfère!

La position de conduite est parfaite, avec notamment un pédalier parfaitement positionné, avec l’accélérateur articulé au sol et un repose-pied gauche imposant. Quand au siège conducteur… C’est tout simplement un bonheur que de s’y installer… Maintien, douceur, ergonomie, confort… Tout y est! Bravo!! Les rangements sont suffisamment nombreux et spacieux pour affirmer que la vocation familiale du modèle n’est pas usurpée.

À l’arrière, l’espace proposé est appréciable tout comme le confort avec une banquette accueillante aux dossiers réglables en inclinaison pour ménager votre confort ou augmenter et optimiser le volume du coffre.

Ne nous le cachons pas, l’espace proposé est idéal pour quatre, pas plus, la place du centre n’étant guère accueillante par la faute d’un tunnel de servitude envahissant et d’une assise plus haute et plus dure.

Le coffre est vaste (505 litres, mais on peut avoir une banquette coulissante contre 320€ ce qui fait alors varier le volume du coffre de 498 à 605 litres) dans la moyenne légèrement inférieure de la catégorie (526 litres pour un Tiguan, 547 litres pour un roturier Peugeot 3008 mais seulement 460 litres pour un Audi Q3 mais 550 litres pour le Mercedes GLC!).

J’ai apprécié le grand bac sous le plancher mais j’ai trouvé qu’il manquait des tirettes dans le coffre pour rabattre les dossiers de la banquette arrière. Pour y parvenir il faut tirer depuis l’habitacle des petites sangles à la base des dossiers. Franchement pas pratique… Très bon point en revanche pour l’ouverture électrique du hayon depuis l’habitacle. Quand on y a gouté…


BUDGET

Commençons, une fois n’est pas coutume, par le poste « consommation », qui ravira votre porte-monnaie. En mode COMFORT et à vitesse stabilisée j’ai enregistré moins de 4 litres à 50 km/h (à 1200tr/min), autour de 5 litres à 90 et même 110 km/h (1450 et 1750 tr/min), et entre 7,5 et 8 litres à 130 km/h (2000 tr/min). Tout ça avec 231 chevaux sous le capot, une boite automatique ET une transmission intégrale! RESPECT, d’autant qu’il doit être possible de faire encore mieux en mode ECO PRO.

Passons à la partie « qui pique », comme c’est toujours le cas avec l’univers Premium. Hors options, cette version haut de gamme débute à 50300€. L’Audi Q3 correspondant (TDI Quattro STronic S-Line) débute à 45110€ mais ne dispose « que » de 184 chevaux et d’une habitabilité moins importante. Du côté de Mercedes et son GLC 250d Sportline 204 ch 4Matic 9G-Tronic (ils n’avaient pas plus long comme dénomination… désolé…), le ticket d’entrée débute à… 54200€, et même 57450€ pour la  version 350d (258 chevaux)… De quoi barder votre X1 25d d’options si vous avez une telle somme votre disposition!

Justement, côté options, notre modèle d’essai n’y allait pas avec le dos de la cuillère, avec notamment les jantes déjà mentionnées à 610€,  le « Pack Simplicity » (950€, et qui comprend par exemple les radars de stationnement avant et arrière, le park Assist, la caméra de recul ou l’ouverture et la fermeture électriques du hayon), le « Pack BMW ConnectedDrive » qui intègre pour 2600€ (oui oui…) la Navigation Multimédia Professionnal, l’affichage tête haute HUD couleur pour le conducteur, divers services BMW tels que l’appel d’urgence intelligent (à vie), le SAV connecté BMW Téléservices (à vie), la « Conciergerie » ou l’Info Traffic en temps réel RTTI, pour n’en citer que quelques uns! De quoi justifié le tarif de l’option, qui constituera une valeur ajoutée en cas de revente il faut bien le reconnaître.

Ajoutez pour être complet  les palettes au volant (150€), le système Hi-Fi (300€), le vitrage calorifuge (à 350€, est-ce une valeur refuge? ah ah ah…)  et la facture finale culmine donc à 56120€.

Plus roturière mais pas généraliste pour autant, si vous cherchez un peu plus de discrétion,  je mettrais bien « dans les pattes » de notre superbe X1, un Volkswagen Tiguan TDI 190 4Motion DSG7 Carat Exclusive qui débute à 48200€…

A titre personnel, une 20d de 190 chevaux me conviendrait assez bien avec un ticket d’entrée de « seulement » 48050€, de quoi lui mettre les options de mon choix sans renoncer à une mécanique réussie.

Frontalement, la 20d est moins chère que notre Tiguan parfaitement comparable donc, mais avec un équipement de série bien moins fourni pour la bavaroise, mais une image de marque supérieure… Tiens? Lequel des deux se prend le plus au sérieux, finalement? 😉

Enfin, comment ne pas parler du frère technique du X1, le « déluré » nouveau Mini Countryman Cooper SD 190 All4 (qui reçoit d’office la boite auto), qui a le toupet de ne réclamer « que » 44000€ pour un plaisir de conduire sans doute très très proche… Mais bon… Comme ça ne sort pas de la famille… 😉

 Nous sommes dans tous les cas dans des niveaux de prix stratosphériques, avec un équipement de série pourtant loin d’être irréprochable, puisque notre X1 ne disposait pas non plus d’un « petit » Pack Safety avec l’alerte de franchissement de ligne, freinage d’urgence automatique sous 60 km/h, les feux de route automatique et lecture des panneaux de limitation (760€)  et encore moins du Pack Advanced Safety, qui inclut le Pack Safety couplé au régulateur de vitesse adaptatif avec fonction embouteillage sous 60 km/h, à 1250€…

Vous avez dit « Mesquin »? Nous sommes dans le « Premium », ne l’oublions pas…


LES POINTS FORTS

Ligne très réussie

Version M Sport flatteuse

Comportement routier remarquable

Plaisir de conduire

Direction « référence »

Confort

Moteur plein et puissance confortable

Boite automatique parfaite

Consommation raisonnable

Qualité de finition et ambiance intérieure

LES POINTS FAIBLES

Tarif « stratosphérique »

Lacunes d’équipements

Options nombreuses et onéreuses

 

CONCLUSION

Bien sûr, le tarif du X1 est prohibitif et son niveau d’équipement de série loin d’être exhaustif… Mais à par ça, il n’y a rien à reprocher à cette version « porte drapeau » du X1, tant ses prestations sont solides, nombreuses et de très haut niveau! Le plaisir pris à son volant lors de cet essai fut immense et doit constituer un idéal à atteindre pour l’ensemble de ses concurrentes!


REMERCIEMENTS

Un immense merci à toute l’équipe de la MAGNIFIQUE concession BMW de Brive-la-Gaillarde, pour son accueil toujours chaleureux et sympathique, et sa confiance « aveugle » à me confier de telles autos!

Les nouveaux locaux sont absolument superbes et l’équipe toujours aussi accueillante!

PAROT PREMIUM – BMW BRIVE

7-9 Avenue Cyprien Faurie, ZI Teinchurier, 19100 Brive-la-Gaillarde

05 55 22 22 22


 

11 comments for “ESSAI: BMW X1 25d 231ch M SPORT BVA8

  1. Guellan
    6 novembre 2017 at 23 h 32 min

    ils t’ont payé combien pour faire cet article?

    • Cyril
      22 novembre 2017 at 20 h 16 min

      Curieuse question!! Je livre mon ressenti sans avoir la prétention de détenir la vérité… Et certainement pas sous la contrainte ou à la suite d’une quelconque malhonnêteté ou « indemnité » de la part de la concession me prêtant le véhicule. J’ai adoré ce X1, tout simplement, à tel point que j’en cherche un à titre personnel pour remplacer mon actuelle 308 SW. J’ai été convaincu par la solidité de ses prestations. Point.
      J’écris ce que je pense, tout ce que le pense, et UNIQUEMENT ce que je pense… C’est cette démarche qui m’a amené à créer ce site!

      • Jeremy
        13 décembre 2017 at 13 h 30 min

        Merci pour cet article très convaincant avec de belles photos, cela me réconforte dans mon choix car j’ai signé semaine dernière pour un X1 dans la même config finition/couleur mais en 18i 140cv.
        Hâte de prendre plaisir à son volant 🙂

        • Cyril
          4 janvier 2018 at 13 h 06 min

          Bravo!!! je cherche le même… veinard… 😉

          • Jeremy
            14 février 2018 at 14 h 51 min

            Ca y est je l’ai reçu la semaine dernière!
            Un vrai plaisir, je rejoint ton avis quand à la qualité de la direction d’une grande précision et très agréable niveau remontée d’info.
            Venant d’une A3 Sportback j’avais peur du roulis typique des SUV et leur position de conduite haute et bien je suis agréablement surpris, il est plus confort que mon A3 TDI 150 chassis sport tout en étant ferme comme il faut, super compromis!

            Niveau équipement, il est désormais mieux équipé de série que dans ton article, il dispose notamment du hayon électrique, lecture des panneaux, radar avt/arr, park assist entre autres…
            Niveau moteur le 18i se débrouille pas mal, certes il n’a pas le couple de mon TDI150 mais son silence de fonctionnement est un vrai plaisir au quotidien, il est plutôt pépère en mode confort mais en mode sport, il change vraiment de caractère et permet de s’amuser un peu.

            Seul bémol une conso un peu élevé en ville (9L sur un trajet en mode confort, peu encombré et en étant très sage…), sur autoroute j’ai relevé 7L sur un trajet de 200km avec quelques accélérations franches pour tester le bébé, ce qui me semble plutôt correct.

            Sinon là ou je trouve que BMW pêche pas mal c’est sur le bloc compteur en version GPS Business (le « petit »), l’odb est super basique, peu lisilbe et la conso instantanée via compteur à aiguille c’est bof bof…
            Il est de plus impossible d’afficher plusieurs info conso à la fois sur ce petit écran, il faut dans ce cas se reporter au grand écran du gps, et pas de rappel des infos GPS ou compteur de vitesse numérique entre les compteurs non plus, cela est réservé au GPS Pro et son HUD, dommage à ce niveau de prix (41k€ catalogue pour le mien, négo à 36k€)

            Pour le reste la connectivité est vraiment pas mal même si en venant du groupe vw on peste un peu sur une ergonomie des menus perfectibles, le nouveau GPS avecc écran tactile permettant une navigation tactile ou via la molette Idrive est vraiment appréciable.

            Bref en résumé, très content de mon nouveau jouet, j’espère que tu auras bientôt le même et prendra plaisir au quotidien à son volant!

  2. Leonidas
    2 décembre 2017 at 20 h 09 min

    Alors, plutôt un Tiguan Bi-Tdi 240 ch Carat Exclusive R-Line ? ou vraiment BMW X1 25d M Sport BVA8 ? Une réponse sans langue de bois serait bien venue.

    • Cyril
      4 janvier 2018 at 13 h 05 min

      Bonjour!
      N’ayant pas essayé le bi-TDI 240, je serais bien en peine de me prononcer sur les deux motorisations! Par contre, le « toucher de route » revient incontestablement à la BMW…

  3. Nicolas74
    31 janvier 2018 at 14 h 54 min

    Je suis également persuadé que le X1 offre un meilleur toucher de route que le Tiguan, cependant le Tiguan offre un espace intérieur et un coffre beaucoup plus généreux que le X1. Tout dépend donc des besoins de ce côté.
    De plus en version « de base », je trouve les sièges du X1 très chiches. (pareil pour Tourer et Gran Tourer).

    • Cyril
      31 janvier 2018 at 21 h 17 min

      Je suis d’accord avec vous sur chaque point! j’ai toutefois trouvé le X1 plus habitable que je ne l’imaginais et finalement pas ridicule en la matière!! Deux belles autos en tout cas! Indéniablement!

  4. Yohan
    1 février 2018 at 19 h 59 min

    Bonjour

    Super article, intéressant et surtout très complet.
    (Juste une remarque, le mercedes Glc appartient à la catégorie supérieure, vu ses 4,60m, donc plutôt concurrent du X3)

    • Cyril
      2 février 2018 at 17 h 02 min

      Merci à vous pour ce sympathique message! Tout à fait d’accord avec vous sur les mensurations du GLC. J’avais tout de même choisi de le faire figurer dans cet essai face au X1, car le GLA, lui, est bien trop étriqué selon moi pour réellement le concurrencer. Merci beaucoup pour votre pertinente remarque en tout cas!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.