ESSAI: CITROËN C3 AIRCROSS 1.2 PureTech 130ch SHINE

CITROËN C3 AIRCROSS 1.2  PureTech 130ch SHINE  – Prix: 22 650 € –  7 cv –

BONUS/MALUS:  0€  (2018)


MUTATION GÉNÉTIQUE!

Prenez les côtés pratiques et astucieux de l’ancien monospace C3 Picasso, injectez-lui l’ADN de la récente et craquante C3, puis botoxez-le et maquillez-le  habilement pour lui donner des allures de SUV… et vous obtenez  le nouveau C3 Aircross!

Le temps de lire cet article et nous saurons si l’intervention s’est bien passée…


PREMIER CONTACT

Adieu C3 Picasso, bienvenu C3 Aircross! Ce simple changement de patronyme suffit à expliquer la révolution philosophique qui a présidé à la conception de ce nouveau modèle. Les Monospaces ne font plus recette, les SUV ont le vent en poupe, il fallait donc que opérer cette « bascule » habilement.

Esthétiquement, c’est à mon sens une réussite! La personnalité joyeuse de la C3 se retrouve aisément malgré des dimensions en hausse. La face avant reprend les codes stylistiques de la C3 avec ses feux superposés et sa calandre souriante qui relie les feux de jour et esquisse le logo de la marque en son centre. La forme davantage carrée que rectangulaire des optiques, ainsi que le pare-chocs plus imposant qui se parent des attributs « baroudeurs » des SUV permettent de distinguer les deux modèles tout en conservant une filiation indéniable. Toute en rondeur, la C3 Aircross donne le sourire, même dans cette teinte sage. Rassurez-vous, on retrouve  toutes les possibilités de personnalisation découvertes dans la citadine Citroën, ce qui permettra à  chacun de se composer SON C3 Aircross selon ses envies ou ses besoins.

L’arrière réussit également ce mélange des genres avec talent, avec un ouvrant bien plus vertical et descendant plus bas que sur la nouvelle C3, pour renforcer ses aptitudes familiales héritées de son aïeule monospace. Les feux sont habilement enchâssés dans un habillage noir laqué qui déborde sur le coffre, allégeant visuellement l’ensemble.

En découle un profil forcement moins « rondouillard » et plus sage que sur la C3, et surtout bien plus éloigné de l’ancien C3 Picasso qui puisait son inspiration dans les caravanes « Airstream » américaines des années 40. Les changements les plus notables par rapport à la C3 sont une hauteur des flancs plus importante (avec un joli pli de tôle en partie basse qui allège et dynamise l’ensemble)  et une vitre de custode arrière qui vient relier la portière arrière au coffre. Les montants de pare-brise étant noirs eux aussi (façon Mini), Citroën obtient ainsi cet effet « toit suspendu » qu’elle à initié à l’époque de la DS3 et que l’on retrouve depuis sur toutes ses productions.

Les Airbump de la C3, eux, ont disparu (dommage…) mais le C3 Aircross conserve les passages de roues ceinturés de larges bandeaux de plastique noir, comme sur une C3 (ou une Mini…). Bref, le style est une franche réussite! Le C3 Aircross donne le sourire et il me tarde de savoir si c’est également le cas volant en main!


SUR LA ROUTE

Premier tour de clé et j’ai le plaisir de retrouver la sonorité sympathique et discrète du petit 3 cylindres PSA, déjà essayé dans la Peugeot 208 et la nouvelle C3 en configuration 110 chevaux et qui m’avait séduit lors de ses deux essais. Avec ce niveau de puissance de 130 chevaux, ce 1.2l est capable d’animer avec talent le SUV Peugeot 3008 de la catégorie supérieure pesant 1250kg  à  vide. Nettement plus court, je  me dis donc qu’un C3 Aircross doit être plus léger, avant de  découvrir que les données constructeur le donne pour 1188kg.  Sans être la ballerine que j’imaginais, la Citroën contient tout de même son poids à des valeurs raisonnables et la puissance s’avèrera suffisante dans la plupart des situations.

J’ai retrouvé le caractère enjoué de cette mécanique qui ne rechigne jamais à gripper jusqu’à la zone rouge (5500tr/min), et même au delà si on n’y prend pas garde, pour le grand plaisir du conducteur! En comparaison de la version 110 chevaux je l’ai étonnement trouvé plus placide et creux sous 3000tr/min, avec un petit effet « turbo »  passé ce régime, mais aussi un peu plus vibrant (au niveau des mains et des cuisses même sur bon revêtement) à l’accélération. Malgré ces petits griefs, il reste selon moi parmi l’élite de ce type de moteur, mais choisir la version 110 chevaux pourrait donc s’avérer un choix plus judicieux l’ayant trouvé à titre personnel plus « complet ».

La boite est une alliée solide de notre « trois pattes »  avec un étagement remarquable, un verrouillage des rapports pas trop ferme, une absence totale de jeu dans le levier (les possesseurs d’anciennes productions du groupe PSA comprendront de quoi je parle… Que de progrès dans les commandes actuelles!!), mais un débattement un peu trop important à mon goût. De même j’ai été gêné par la position trop excentrée vers la droite du levier, qui m’obligeait à totalement tendre le bras pour enclencher le 5ème rapport.

Comme sur beaucoup de modèles essayés dernièrement, le 3ème rapport est « bon à tout faire », profitant du couple généreux du moteur (230Nm à 1750tr/min) et de sa belle allonge (puissance maxi obtenue à 5500tr/min). Pratique sur petites routes où rétrograder ne sera donc pas toujours indispensable.

Cette boite à 6 rapports est commandée par un embrayage doux rendant la conduite aussi facile que celle d’un vélo, avec une pédale à la consistance parfaite permettant un dosage idoine.

La direction, si elle est trop peu informative à mon goût, s’avère légère et précise et agréablement directive. Son maniement en ville est un régal et il n’y a que sur petites routes sous fortes accélérations qu’elle manifestera quelques effets de couple la rendant collante.

Les freins  présentent une attaque à la pédale assez vive mais permettant un dosage facile une fois saisie cette  petite subtilité. Son efficacité n’a jamais été prise en défaut au court de cet essai.

Terminons avec le comportement routier qui a constitué pour moi une étonnante surprise. Je n’avais aucune inquiétude quand à la qualité de ses prestations routières, mais je m’attendais à retrouver la placidité d’un C4 Picasso (pardon… D’un C4 « SpaceTourer »…). Et bien avec le C3 Aircross c’est tout le contraire! A croire que les metteurs au point venaient de chez Peugeot! Ne vous méprenez pas: c’est un compliment! Pas de sous-virage, un train arrière qui enroule, un roulis présent, certes mais parfaitement compensé par l’excellent maintien des sièges avant, c’est un sans faute! Je me suis beaucoup amusé sur les petites routes malgré la hauteur et la vocation familiale de l’engin! Et comme le C3 Aircross conserve les gènes Citroën, à savoir un confort hors pair obtenu avec une suspension au top: souple en compression pour garantir du moelleux et ferme en détente pour juguler les mouvements de caisse. Du grand art! Bravo!

Je n’ai à noter au rayon « petite déception » que des bruits de roulement un peu trop audibles sur autoroute et des  bruits d’air  au niveau des rétroviseurs quelques peu massifs. C’est d’autant plus dommage que le moteur est parfaitement inaudible dans ces conditions. De même, pour utile qu’il est, j’ai très vite déconnecté l’AFIL, qui prévient le conducteur lorsqu’il franchit les lignes de circulation, mais dont le signal sonore est excessivement désagréable et se déclenche sans arrêt. Le profil de nos routes peut expliquer ce fonctionnement erratique, je me garderai donc bien de tirer un jugement définitif sur ce dispositif.

Rien qui ne ternisse au final l’excellent bilan dynamique de ce talentueux C3 Aircross.


À BORD

Comme pour l’extérieur, le C3 Aircross reprend les codes initiés par la C3. L’air de  famille est indéniable ce qui est un compliment tant l’habitacle de la « petite » C3 est agréable et m’avait séduit il y a quelques mois. Forcément plus volumineuse, je l’ai trouvée plus « torturée » en partie basse mais c’est évidemment une affaire de goût, tout comme la forme du levier de frein à main « type aviation ». Je ne suis pas fan de son maniement.

Bien sûr, on retrouve les mêmes plastiques exclusivement rigides (à l’exception du joli bandeau matelassé reliant de part et d’autre  les superbes aérateurs « doubles » qui donne beaucoup de personnalité à la planche de bord) au grain assez convenu qui orne également la citadine, mais ils m’ont semblé ici plus solides, moins sensibles aux rayures et un peu mieux assemblés. Sans doute depuis mon précédent essai de la C3 les mêmes efforts ont-ils été réalisés sur cette dernière. 

Les concurrentes suivant toutes cette tendance il n’y a plus vraiment à s’offusquer de trouver en masse des plastiques rigides dans l’habitacle. J’ai moins aimé par contre le dessus de la planche de bord et surtout les contre-portes sonnant creux. Bon… Avouons qu’on ne passe pas son temps à taper dessus avec ses petites phalanges…

L’habitacle  ne fait pas dépouillé pour autant, bien au contraire grâce à de subtils et très réussis effets de matières, sur les contre-portes justement, mais aussi un peu d’aluminium, ou des touches de couleurs « flashy » qui égaie le volant, les aérateurs de la planche de bord  et les sièges (garnissage ambiance URBAN RED en option à 350€… Ne vous en privez pas!).

Au rayon des satisfactions, j’ai déjà évoqué la qualité de maintien et de confort des sièges avant. L’habitabilité fait également partie des grandes réussites de l’auto tant à l’avant qu’à l’arrière. Espace  aux jambes, garde au toit… C’est un sans faute! Il n’y a que le passager de la place centrale qui pestera contre les attaches de ceintures qui lui malmèneront son sensible séant… Dommage car le tunnel central est parfaitement effacé et il n’y  aura pas à se contorsionner pour s’installer à cette place.

La banquette présente une assise un peu trop plate pour bien maintenir les passagers en virage. J’ai par contre vraiment beaucoup apprécié que les dossiers soient inclinables (via des petites sangles accessibles): rare à ce niveau de gamme: Bravo Citroën! Bravo également pour les multiples rangements: bacs de portières évidemment  mais aussi aumônières au dos des sièges avants et prise 12V…

Le volume du coffre dispose d’un beau volume (410 litres) et d’une modularité bien conçue avec un plancher réglable permettant de privilégier le volume de chargement (planche en partie basse) ou l’obtention d’un plancher plat une fois la banquette rabattue (planche en partie haute). Les formes régulières permettent une exploitation parfaite du volume de chargement. Parfait!

Plus que parfait: la banquette coulissante (de série sur SHINE; 490€ pour FEEL) permet de faire passer le volume à 520 litres… Énorme! On peut même disposer d’un dossier rabattable sur le siège passager pour littéralement avaler des objets longs.

Il fait donc bon vivre à bord de la C3 Aircross, et le niveau d’équipement proposé, tant en quantité qu’en qualité (technologie et sécurité) continuera à vous donner le sourire… Jugez plutôt en lisant ce qui suit…


BUDGET

22650€ hors options et 23 670€ pour notre véhicule d’essai qui bénéficiait des options indispensables à savoir la peinture métallisée (550€), l’indispensable ambiance Urban RED évoquée plus haut (350€… Mais il en existe bien d’autres dont la sublime Hype Colorado!) et la roue de secours. Rien d’exceptionnel donc, ce qui signifie que tout le reste est de série sur cette version SHINE! Esthétiquement la version inférieure FEEL est déjà bien dotée avec les jolis sabots de protection, des jantes alliage de 16 pouces. Notre version SHINE avec ce moteur chausse du 17″ et il faut bien avouer que cette monte habille bien les passages de roue. Les vitres arrières surteintées sont également de série  sur SHINE.

D’un point de vue sécuritaire ensuite, et dès le premier niveau de finition s’il vous plait, vous disposerez des classiques ABS, AFU et ESP, de l’aide au démarrage en pente, de l’allumage automatique des feux, du régulateur-limiteur de vitesse ainsi que du pack Safety avec alerte de franchissement de ligne, coffee Break Alert et reconnaissance des panneaux de vitesse. La version SHINE ajoute l’Active Safety Brake (aide au freinage d’urgence), l’aide au stationnement arrière.

Côté confort, sur Shine, la  climatisation se fait automatique, tout comme les essuie-glaces avant, alors le rétroviseur central devient électrochrome  (et les extérieurs rabattables). Les Citroën CONNECT NAV (le GPS, quoi…) et CONNECT BOX avec Pack SOS sont également de série. Pour les plus « Geek » d’entre-nous, le Mirror Screen est de série sur cette version (pour Android Auto, Apple Car Play et Mirror Link).

Bref: on en a pour son argent, d’autant que la politique tarifaire est agressive pour contrer l’insolente domination du Renault Captur la cible désignée du C3 Aircross avec le Peugeot 2008 (même si on reste ici en famille…), même si celui-ci est un peu vieillissant. Personnellement, je n’irais pas lui mettre dans les pattes un Audi Q2, mais peut-être davantage un Volkswagen T-Roc au tarif cependant bien présomptueux (un TSI 115 Lounge débute à à 24300€ face à un C3 Aircross Puretech 110 à… 21150€!).

Pourquoi ne pas lorgner aussi du côté d’un Hyundai Kona 1.0 T-GDi 120  Intuitive (21400€) ou Executive (25900€) ou d’un Opel Crossland 1.2 Turbo 130ch Innovation (22500€).

Pour ce qui est des « stars » françaises de la catégorie, le Renault Captur 1.2TCe 120 Intens s’échangera contre un chèque de 22300€  tandis qu’un Peugeot 2008 équipé du même moteur en finition Allure débutera à 23350€. Notre C3 Aircross est donc parfaitement positionné pour affronter la concurrence.

Dernier point qui donnera le sourire: les consommations. A vitesses stabilisées, comptez moins de 3 litres à 50km/h (2000tr/min), 4 litres à 90 km/h, 5,3 litres à 110 km/h (2500tr/min) et un peu moins de 8 litres à 130km/h (3000 tr/min).

Permettez-moi un petit aparté pour évoquer ma « tentative » de relevé de consommation à 80km/h, puisque cette vitesse semble devoir s’imposer à nous prochainement… Sachez que rouler en 6ème est « compliqué » à cette vitesse, puisque le moteur se trouve alors en sous-régime… Vous voilà donc obligé de rouler en 5ème… à un régime moteur plus élevé… A consommer davantage qu’à 90km/h…

Méditons donc sur cette mesure « utile »… Qui ne ternit nullement le plaisir que j’ai pris au volant de cette jolie Citroën! Pour conclure, j’opterais personnellement pour une version Puretech 110 dans cette finition haute SHINE » et craquerait avec l’argent ainsi économisé pour quelques options sympas (comme l’affichage tête haute ou le Grip Control), ou pour la talentueuse boite auto EAT6.


LES POINTS FORTS

Ligne craquante

Moteur joyeux et agréable

Tenue de route étonnement dynamique

Ensemble des commandes rigoureuses et plaisantes

Confort remarquable

Intérieur pimpant

Assemblages de qualité

Habitabilité et modularité

Équipement riche et « à la page »

Tarif bien ciblé

LES POINTS FAIBLES

Je préfère le PureTech 110 au PureTech 130…

Implantation du levier de vitesses

Beaucoup de plastiques rigides et sonnant creux

Place centrale peu confortable

CONCLUSION

Dans le mille! Le  C3 Aircross ne rate pas sa cible et réussit sa mue avec talent! Agréable à conduire, sobre, habitable, astucieuse bien équipée et judicieusement placée en prix, il n’y a pas grand chose à reprocher à cette C3 Aircross! Sa polyvalence et sa bouille craquante font de lui un candidat légitime à la première place de cette catégorie si disputée!


REMERCIEMENTS

Un grand merci à la concession Citroën/DS Midi Auto19 de Brive la Gaillarde qui m’accueille toujours avec beaucoup de gentillesse et me tient régulièrement au courant de l’actualité de leur concession! Merci à Damien pour tout le temps qu’il m’accorde régulièrement ainsi que pour me présenter les automobiles qu’il me confie!

 

CITROËN MIDI AUTO 19

Avenue Jean Charles Rivet, 19100 Brive-la-Gaillarde

05 55 88 91 19


8 comments for “ESSAI: CITROËN C3 AIRCROSS 1.2 PureTech 130ch SHINE

  1. Nicolas74
    2 mai 2018 at 11 h 41 min

    Bonjour, je guette toujours la sortie d’un nouvel essai sur votre blog 😉
    En ce qui concerne cette C3 Aircross, je l’ai moi même essayé pendant plusieurs jours en version BVM2 1.2 Puretech 110 CV.
    Du côté du design extérieur, je la trouve également très réussi.
    Au niveau du confort et de l’habitabilité (bien supérieur à sa cousine 2008 sur ce point), c’est le top de la catégorie, c’est même meilleur que sur beaucoup de compactes.
    Au niveau du moteur, j’avoue avoir été déçu par rapport aux louanges qu’il reçoit….. je roule en Ford B-max 1.0 Ecoboost 100 au quotidien et autant les performances sont supérieures sur le 1.2 Puretech, autant je l’ai trouvé plus vibrant et beaucoup plus bruyant (c’est un diesel votre voiture??). De plus l’étagement de la boite tire long et en ville à 50 en 3ème j’ai l’impression que le moteur peine un peu, à partir de 60 plus de pb. La boite auto doit résoudre ce petit tracas.
    En ce qui concerne le comportement routier, je n’ai pas pris autant de plaisir que vous, certes elle tient bien la route, certes elle efface toutes les imperfections grace à son amortissement impeccable, mais j’ai trouvé la direction très avare en informations et pas tranchante. Un B-max ou un Honda HR-V (voir un 2008) offrent un comportement beaucoup plus dynamique et (ou) plus de sensations au volant.

    • Cyril
      8 mai 2018 at 18 h 37 min

      Merci pour ce retour précis et instructif!!
      Je vous rejoins sur l’étagement de boite, j’avais aussi cette sensation au départ, mais je m’en suis facilement acommodé sur les petite route ou l’allonge de la 3ème m’est apparue finalement suffisante. Quand au plaisir pris derrière le volant, j’ai tellement été étonné d’en prendre autant au volant d’un Citroën que j’avoue ne pas avoir boudé mon plaisir. C’est une nouvelle corde à l’arc de la marque sans renier ses qualités originelles de confort!
      merci encore pour votre post!!!

  2. SECONDI
    14 octobre 2018 at 7 h 54 min

    Merci infiniment pour vos commentaires.
    Je vais pour ma part malgré vos mises en garde m’orienter vers le 130CV du fait d’une opportunité à saisir (17500€) du fait d’une sacrée remise du concessionnaire local (Bastia). En fait, nous avons changé deux véhicules en même temps chez eux.
    Je pense que la similitude en nos conformations routières régionales respectives…devrait ne pas me faire regretter mon choix. Toutefois, je vais aller voir du côté de chez Hyundai modèle i20 Active (SUV) 1.0T-GDI 100. Qu’en pensez vous?
    Merci encore. Venez nous voir en Corse

    • Cyril
      22 octobre 2018 at 6 h 13 min

      Bonjour!! Un immense merci pour votre message… Et votre invitation! C’est une destination qui nous attire depuis de nombreuses années!!! Nous en rêvons mais n’avons pas encore franchi le pas du fait de la durée du voyage avec de jeunes enfants…
      Pour réagir à votre message, le choix du 130 est excellent même si je trouvais le 110 un poil plus « moelleux ». Le PureTech dans ces deux niveaux de puissance reste une référence! Donc foncez!!!
      J’ai essayé la Hyundai à sa sortie (vous pouvez retrouver l’essai sue le blog dans la rubrique citadine…). J’avais beaucoup aimé sa rigueur « allemande », son côté très Volkswagen. C’est une auto aux prestations très aboutiés!! Elle se couchera peut-être un peu moins dans les virages que la Citroën, mais je trouve cette dernière plus « fun » tout de même! L’intérieur fait aussi moins « daté »…
      Mon choix pour chez vous? La C3 WRC de rallye bien sûr! 😉

  3. François
    14 octobre 2018 at 8 h 06 min

    Merci infiniment pour toutes ces précisions très complètes.

    Je devrais pour ma part m’orienter vers l’achat d’un 130CV du fait d’une proposition commerciale intéressante du concessionnaire local (Bastia) à 17500€ clé en main. Vos routes doivent être assez similaires aux nôtres et la hauteur du véhicule m’inquiétait un peu en matière de roulis dans nos nombreux virages…Je suis un peu rassuré après votre essai bien qu’à l’arrière ma fille devrait tanguer un peu.

    Je vais quand même lorgner du côté de chez Hyundai avec leur Kona ou plus surement le i20 série Active 1.0T-GDI 100. Qu’en pensez vous?
    J’attends votre point de vue!!

    A bientôt peut-être sur un tour de Corse…

    • Cyril
      22 octobre 2018 at 6 h 19 min

      Re bonjour! Je n’ai malheureusement pas encore essayé le Kona… Dès « Kona » un moment, il faut que je le fasse… 😉
      Comme pour l’i20, je ne doute pas du sérieux de ses prestations et du plaisir pris derrière le volant. La ligne est délirante, je le trouve très chouette! J’ai, surtout, toujours adoré les trains avant des Hyundai (i20 compris)! C’est leur marque de fabrique et le gage d’un grand plaisir pris derrière le volant.
      Côté moteur, les PureTech sont supérieurs (sans même parler de la puissance supérieur aux 100ch de l’i20) et la boite EAT6 une référence à ne pas oublier de cocher… La boite mécanique est supérieure chez Hyundai (guidage et précision).
      J’espère vous avoir éclairé quelque peu!!
      Encore une fois: avec plaisir pour la découverte de votre sublime île!!!

  4. Vincer78
    21 octobre 2018 at 17 h 24 min

    Bonjour, je suis à la recherche de la teinte Citroën des sabots de protection gris métallisé du C3 aircross, auriez vous l’info,
    par avance merci,
    cordialement vincent

    • Cyril
      22 octobre 2018 at 6 h 21 min

      Bonjour! Merci pour votre question, à laquelle je n’ai malheureusement pas de réponse précise! Peut-être pourriez-vous interroger votre concession, car pour ma part je n’ai pas les docs commerciales et les dénominations précises!
      1000 excuses!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *