ESSAI EXPRESS: TOYOTA AVENSIS TOURING SPORTS D4-D 143 Executive

TOYOTA AVENSIS TOURING SPORTS 143 D4-D EXECUTIVE Prix: 32 500 € – 8 cv – BONUS/MALUS:  0 €  (2015)


Trompeuses  apparences…

SONY DSC

Sous une robe dynamisées mais ne reniant pas ses liens avec la très discrète génération précédente,Toyota propose aujourd’hui une troisième mouture de son Avensis. Ce grand break, qui profite de l’image de –trop?– grand sérieux du géant nippon, n’a pas mis longtemps à me faire comprendre qu’il était TRÈÈÈÈS important de se  méfier des apparences…


PREMIER CONTACT

SONY DSC

Dire que je débordais d’enthousiasme à l’idée d’essayer cette nouvelle génération d’Avensis serait mentir. Les lignes de la précédente mouture n’avaient jamais provoqué chez moi une folle et incontrôlable excitation, et mes diverses lectures m’amenaient à penser que son succès reposait essentiellement sur son volume de chargement, ses faibles consommations et la rassurante image « sans histoires » de Toyota. En ce beau matin d’octobre, il était écrit que mes stupides certitudes allaient voler en éclat…

J’en ai déjà trop dit, non?

Ne pouvant pas disposer de la voiture  aussi longtemps qu’à l’habitude, je craignais pourtant de ne pas avoir le temps de bien cerner cette jolie nouveauté. Oui: jolie! Non pas qu’elle fasse preuve d’une extravagance incontrôlée dans son design (à défaut de plaire, il ne faut surtout pas déplaire), mais les arêtes et nervures sont plus nombreuses, les passages de roue plus marqués, les lignes plus élancées, plus plongeantes, en un mot: plus dynamiques, avec sa calandre en flèche et ses phares étirés. Je la trouve bien posée sur la route, grâce à ses proportions harmonieuses et, sur cette version EXECUTIVE, ses belles jantes de 18 pouces anthracite.Tout au plus ai-je trouvé ses porte-à-faux avant et arrière un peu grands. les nouveautés actuelles tendent en effet à raccourcir au moins celui de devant, dans un soucis de dynamisme visuel. Mais je pinaille… 😉

Moins fan de la -plus fade- berline quatre portes, je trouve que ce break ne manque ni d’allure ni de prestance.

SONY DSC

On voit bien sur cette photo la ligne plongeante de l’Avensis. Excusez l’absence d’essuie-glace arrière… Il avait été volé dans la nuit précédente! Cela n’engage que moi, mais il y a vraiment des abrutis…

Voilà donc ma curiosité piquée au vif! Ne trainons pas, il me faut rapidement trouver des routes sélectives pour juger des qualités dynamiques que cette nouvelle Avensis suggère un peu par son nouveau design, mais aussi son appellation TOURING… « SPORTS »… ET surtout par un moteur deux litres diesel 143 chevaux, provenant directement de la… BMW Série 3! Quand je vous dis que cette Avensis nous réserve des surprises!


SUR LA ROUTE

SONY DSC

Faute de temps, il m’a fallu aller à l’essentiel… Et pour moi, l’essentiel, ce sont les petites routes qui tournent, tournent et tournent encore! Il n’y a rien de mieux  pour se forger un avis sûr, car si une voiture se comporte bien dans ces conditions exigeantes, on peut sans peine imaginer que sur des parcours plus « faciles » elle fera au moins aussi bien!

Je  n’ai pas eu le temps de rouler sur autoroute ni de tester en ville l’armada impressionnante d’aide à la conduite que  regroupe le « TOYOTA SAFETY SENSE » qui regroupe les fonctions suivantes:

 

  • Le Système de sécurité précollision (PCS) utilise une caméra et des capteurs laser pour détecter les véhicules vous précédant et contribue à éviter ou diminuer l’impact d’une collision 
  • l’Alerte de franchissement de ligne (LDA) vous averti si le véhicule sort de sa voie involontairement 
  • la Gestion automatique des feux de route (AHB) gère l’éclairage des phares pour une conduite nocturne plus sûre 
  • la fonction Lecture des panneaux de signalisation (RSA) affiche la signalisation routière spécifique sur le nouvel écran TFT.

Je ne fais là que recopier les infos glaner sur le site de Toyota. Cliquez ICI pour en savoir plus en vidéo, c’est très clair… Et rassurant! Attention, tous ces dispositifs sont des AIDES, et en aucun cas des anges-gardiens qui vous dispenseraient d’être vigilant…

En tout cas, en la matière, Toyota est à la page et ravira les amateurs de technologies embarquées!

 

SONY DSC

"... Avec brio! Avec qui?"

« … Avec brio! Avec qui? »

Le moteur, silencieux à vitesse stabilisée, claque par contre à l’accélération… comme c’était déjà le cas sous le capot de son illustre concurrente munichoise! L’isolation phonique étant bien réalisée, la nuisance est « lointaine » même si certains constructeurs font mieux. J’ai apprécié sa poussée franche et son entrain à monter dans les tours, de 1800 à 4000 tr/min. Au delà il s’essouffle, puisqu’on « sort » de la courbe idéale de couple et de puissance. Ce moteur offre en tout cas une belle allonge, qui donne des ailes à l’Avensis, que ne viennent même pas couper des rapports de boite un peu trop longs. Bref, cette mécanique lui va à ravir!

SONY DSC

Mais si je m’attendais, logiquement, à trouver un moteur plein de brio, j’ai surtout été bluffé par… TOUT LE RESTE!!

Pour continuer avec la boite de vitesses, le guidage de son levier est net, ferme et précis, mais jamais dur. Son débattement n’est pas non plus excessif. Elle est secondée par un embrayage souple, ne nécessitant aucune précaution particulière, chaque changement de rapport s’effectuant avec douceur et sans le moindre heurt.

Le freinage est à la hauteur, efficace en toutes circonstances, sans histoire et facile à doser.

Très bonne boite, aux rapports un peu longs toutefois.

Très bonne boite, aux rapports un peu longs toutefois.

La direction pour sa part s’avère précise, suffisamment informative guidant un train avant rigoureux. Je ne l’ai simplement pas trouvée assez incisive à mon goût, mais ce choix est totalement justifié pour une clientèle familiale. J’ai particulièrement apprécié qui plus est son absence d’effets de couple quand le train avant est soumis à une forte accélération, preuve d’une belle maîtrise des metteurs au point japonais.

Terminons par le comportement du châssis: celui-ci s’avère neutre, très efficace et sans prise de roulis notoire. J’adore! Les changements d’appuis sont même assez légers vu le gabarit de l’engin, et jamais patauds! Conjugué à la grande adhérence procurée par  les pneumatiques (225/45) montés sur des jantes imposantes de 18 pouces, croyez-moi, on peut s’amuser derrière le volant!

Les inégalités de la chaussées sont pour leur part magistralement filtrées, ce qui est quand même très nouveau sur une japonaise! Les progrès sont remarquables et  les références européennes dans la ligne de mire de cette ambitieuse Avensis! Même l’isolation phonique des passages de roues est réussie! Et tout ceci avec des (éxi…) jantes de 18 pouces! Vraiment, le plaisir pris derrière le volant est réel!

Ma référence en la matière étant la Volkswagen Passat, je peux vous assurer que l’Avensis marche dans ses traces sur de nombreux points! Un grand bravo, car sous ses allures  toujours un peu timide, le Touring Sports est une sacrée réussite du point de vue dynamique!

Inutile d’aller plus loin, la ville et les grands axes seront des formalités pour cette talentueuse auto!


À BORD

SONY DSCSONY DSC« Bon… un break Toyota… ça va être sérieux et « tristoune »…« , se disait votre essayeur favori sur  la route le menant à la concession Toyota de Brive… Pourtant, son ancien chef des ventes, Michel Bouyou (parti désormais diriger la concession de Tulle) m’avait prévenu il y a quelques mois en m’affirmant que les japonais allaient innover et surprendre…

Résultat? A l’ouverture de la porte, certains inserts de la planche de bord et des empiècements d’Alcantara osent… le orange! Franchement? J’adore!Et comme le style de la planche de bord est plutôt inspiré, l’ensemble est vraiment cossu et très plaisant à regarder! Là encore, les progrès et les efforts consentis sont énormes pour se rapprocher des références du segment! Les puits des compteurs sont suggestifs, le volant trois branches aussi, la console centrale en « V » et l’arète qui prolonge la casquette des compteurs jusque devant le passagers apportent du dynamisme à l’agencement intérieur… Chapeau!

Encore une fois, l’Avensis me surprend, et j’aime ça! Rassurez-vous, pour les yeux sensibles, des teintes plus consensuelles sont toujours disponibles…

Cuir et Alcantara. Superbes!

Cuir et Alcantara. Superbes!

SONY DSCSONY DSC

Inserts en plastiques mat et surpiqures orange sur de cuir de la contre porte... Superbe!

Inserts en plastiques mat et surpiqures orange sur le cuir de la contre-porte… Superbe!

SONY DSCElle ne se départit pas ses « fondamentaux » en proposant une ergonomie plutôt intuitive qui passe essentiellement par un grand écran tactile de 8 pouces (chapeau!) aux graphismes réussis. Des commandes « physiques » subsistent de part et d’autre de celui-ci et pour la climatisation juste en dessous (la platine est un peu basse, du coup…). Seules les commandes regroupées sur le volant sont trop nombreuses  à mon goût, mais encore une fois, cette prise en main a été très rapide, m’empêchant sans doute d’approfondir cette question.

Les ajustages sont, comme toujours chez Toyota, impeccables, et il ne restera finalement aux plus tatillons que quelques plastiques lisses ou d’autres au grain « banal » pour trouver à redire à cet habitacle! En effet, Toyota abandonne la politique du « plastique tout dur » pour composer le mobilier de sa planche de bord. Les éléments moussés, si chers aux européens, sont bien présents  parachevant avec brio un bilan général très flatteur

Il y a même de la moquette dans certains bacs de rangement fermés…

Terminons par un mot rapide concernant l’habitabilité:  la place disponible est importante pour les jambes des passagers arrière, sans tunnel central c’est à noter, un peu moins pour la tête d’un adulte placé au centre, et l’ensemble de leurs bagages trouvera une place dans le vaste coffre de 543 litres. Pas le plus vaste de sa classe, certes, mais il y a déjà de quoi faire et  son aménagement est excellent (crochets d’arrimage réglables, formes régulières, double fond profond, trappe à ski ET un plancher plat! Ouf!). Ma seule critique portera sur le tendelet cache bagages qui n’est pas guidé lorsqu’on l’enroule ou le déroule. Du coup, il ne faut pas le lâcher…

SONY DSC SONY DSCSONY DSCSONY DSC


BUDGET

SONY DSC

Qui sort du bois? C’est Toyotaaaaa! 😉

Débutant, avec cette motorisation de 143 chevaux, à 31500€ (Dynamique) pour « culminer » à 34000€ (Lounge), notre modèle d’essai Exécutive s’offre à vous moyennant un chèque de 32500€. Elle dispose déjà  pour ce prix des atours valorisants que sont les phares à LED, les vitres arrière surteintées  ou les jantes de 18 pouces, qui agrémentent vraiment la ligne générale de ce grand break, dont ne dispose pas la version de base. Le faible écart de 1000 euros entre les deux versions est largement compensé par la dotation intérieure bien plus généreuse et fait de la version Executive la version la plus recommandable de la gamme.

SONY DSCLe niveau d’équipement est remarquable, voire exceptionnel avec pléthore d’équipements « technologiques » comme le Toyota Safety Sense sus-mentionné, et les habituels raffinements que sont les radars de stationnements avant, la caméra de recul, le rétroviseur intérieur électrochromatique, la climatisation bi-zone, les sièges chauffants, les phares ou les essuie-glaces automatiques et j’en passe!

Je ne vois pas trop qui peut s’aligner parmi la concurrence à part peut-être Hyundai avec son i40 Sport Wagon à 34900€ en finition Creative (32100€ en Business et 37950€ en Executive). Une Peugeot 508 vieillissante mais toujours au niveau, est également dans cette fourchette de prix avec un -brillant- moteur HDI de 150 chevaux mais une moindre dotation technologique. La Toyota est clairement plus compétitive pour ce qui est du rapport prix/équipements.

Un mot pour évoquer la Passat SW 2.0 150 à laquelle j’ai comparé notre Avensis: une finition Carat, comparable à notre Executive du jour, débute à…38940€… « No comment »!

SONY DSC

Magnifique toit vitré (de série sur Touring Sports)! Quelle surface!

SONY DSC

Côté consommation, je n’ai pas eu le temps de réaliser mes « tests »  habituels, mais la consommation moyenne affichée sur l’ordinateur de bord à la fin de mon essai n’était que de 7 litres (sans avoir remis à « zéro ». Belle valeur, il n’y a donc pas de mauvaises surprises à craindre de ce côté là! La garantie 3 ans est un dernier gage de tranquillité, même si désormais les Coréens de Kia et Hyundai font mieux. PXR_DSC02460PXR_DSC02462


LES POINTS FORTS

Tenue de route

Plaisir de conduire

Confort

Mécanique efficace et sobre

Qualité de fabrication

Intérieur réussi et inspiré

Contenu technologique

Équipement pléthorique

Habitabilité

Rapport prix / prestations

Ligne virilisée mais…

******************************

LES POINTS FAIBLES

… encore trop discrète pour générer le coup de cœur

Moteur bruyant à l’accélération

Rapports de boite un peu longs


CONCLUSION

SONY DSC

Ça pour une surprise, ce fut une surprise… et une excellente! L’Avensis mérite réellement toute votre attention tant ses prestations sont remarquables! Ne souffrant d’aucune faiblesse majeure, elle offre en prime un grand plaisir de conduire à son conducteur ! Qui l’eut cru?

L’Avensis offre ainsi à Toyota l’occasion de séduire une clientèle très exigeante en matière de qualités dynamiques ou de confort et de contenu technologique embarqué. Comme elle ne renie, par ailleurs, rien de ses « fondamentaux » (sécurité, habitabilité, équipements…), l’Avensis Touring Sports peut vraiment nourrir l’ambition de devenir une des tête d’affiche de sa catégorie! Ne vous fiez donc pas à sa ligne réussie mais encore sage, qui peut laisser croire qu’elle n’est qu’une simple « mise au propre » de la génération précédente: l’Avensis et Toyota ont commencé leur Révolution… et ça pourrait  bien être Rock & Roll!

 


REMERCIEMENTS

SONY DSC

Merci à la concession TOYOTA de Brive la Gaillarde appartenant au GROUPE REBIERE pour le prêt de cette excellente auto!!

Merci à Christophe Bourbon, conseiller commercial de la marque pour sa confiance et sa gentillesse lors de cette première rencontre, ainsi qu’à Alexandre Cécilia le responsable marketing et communication du groupe Rebière, toujours bienveillant à mon égard! Un petit mot également pour remercier la toujours sympathique et souriante Tiffanie Tavares à l’accueil de la concession!

Enfin, j’aurai une pensée particulière pour Michel Bouyou, l’ancien chef des ventes de la concession Toyota de Brive, nouvellement nommé à la tête de celle de Tulle. Toujours ouvert et jamais avare en informations diverses sur sa marque, il fut l’un des premier à soutenir mon initiative de passionné! Merci encore à lui!

CONCESSION TOYOTA – GROUPE REBIERE – PARC D’ENTREPRISES OUEST

RUE HENRI LECAT – 19100 BRIVE LA GAILLARDE – Tél: 05 55 87 02 68 – www.grouperebiere.com

Facebook-Vector-Icon

SONY DSC SONY DSCPXR_DSC02462


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.