ESSAI: HYUNDAI VELOSTER T-GDI 186 ch TURBO

HYUNDAI VELOSTER 1.6 T-GDI 186 Ch TURBO – Prix: 27 650 €11 cvMalus: 2 200 € (2014)


COUP DE FOUDRE!

SONY DSC

Deux jours…

Deux jours entiers que les orages grondaient sur le bassin de Brive, laissant violemment éclater leur colère, à grands renforts de tonnerre et d’averses aussi imprévisibles qu’intimidantes. En ce beau samedi matin, je pensais bien en avoir fini avec  les vents hurlants, les brusques rafales et les tempêtes déchaînées…

Puis j’ai croisé la route du Hyundai Veloster Turbo…

Le calme avant la tempête...

Le calme avant la tempête…


 1er CONTACT

          Rendez-vous était pris depuis le mercredi précédent avec le garage POUGET, concessionnaire HYUNDAI (et SsangYong un autre constructeur coréen méconnu) de Brive-la-Gaillarde, pour réaliser l’essai de ce Veloster Turbo. Lors du salon de l’automobile de Brive, quelques jours auparavant, j’avais rencontré Pierre Pouget, le dynamique patron de la concession, qui ne tarissait pas d’éloge sur ce coupé, véritable porte drapeau de la marque.

C’était donc avec une certaine impatience que j’attendais de pouvoir prendre le volant de ce coupé au look dévastateur. Impossible en effet de ne pas se retourner au passage du Veloster, tant son style est atypique avec sa ligne ramassée tout en rondeur, virilisées par de nombreuses arêtes vives, des passages de roues très marqués et un arrière rebondi mais musculeux. La version Turbo va encore plus loin avec deux énormes sorties d’échappement centrales rondes, un extracteur suggestif, une calandre trapézoïdale et des bas de caisse spécifiques, ainsi que des jantes de 18 pouces qui se parent de chrome.

Enfin, n’oublions pas de mentionner LA singularité de ce coupé: l’asymétrie de ses ouvrants! En effet, côté conducteur nous avons à faire à un « classique » coupé avec une longue portière s’ouvrant largement sur l’habitacle, tandis que du côté du passager, on trouve… deux portières! Pratique pour faire monter des enfants ou « belle-maman »!

Bref, le Veloster ne fait ni dans la discrétion ni l’élégance distinguée, mais il assume! Le résultat est là: à chaque pose photo, les passants s’attardent, prennent le temps de regarder « la bête » et cherche clairement à savoir quelle marque a osé un tel design! Bien joué!

Sans doute la partie la plus impressionnante de ce coupé injustement méconnu.

Sans doute la partie la plus impressionnante de ce coupé injustement méconnu.

L’intérieur, s’il est moins agressif et en met moins « plein la vue », n’en demeure pas moins plaisant, agrémenté de nombreux détails de style (sur lesquels nous reviendrons) qui confirme cette envie de proposer au futur propriétaire d’un Veloster une expérience particulière et mémorable.

Un intérieur au style plus "classique" mais néanmoins réussi.

Un intérieur au style plus « classique » mais néanmoins réussi.

         Hyundai n’a donc pas loupé son coup,et on peut se demander pourquoi on n’en voit pas plus sur nos routes! Peut-être lui manquait-il simplement un moteur en adéquation avec ses courbes suggestives! Il fallait en effet se contenter jusqu’ici d’un « modeste » 1.6l GDI à injection directe de 140 ch, au faible couple haut perché (166Nm à 4 850 tr/min), forcément avare en sensations. 

Là, grâce au soutien d’un turbo à géométrie variable, ce 1.6 devenu « T » (pour « Turbo »… suivez un peu!) -GDI pour l’occasion, développe désormais la puissance respectable de 186 chevaux et un couple bien plus « copieux » de 265 Nm! Voilà qui devrait changer pas mal de choses!

Je n’y tiens plus, Pierre Pouget me tend la clé de cet OVNI et m’autorise à prendre la piste… Pardon… la route!


SUR LA ROUTE

          La clé peut justement rester au fond de ma poche, puisqu’elle est de type « main libre ». Il suffit de l’avoir simplement sur soi pour déverrouiller les portes et démarrer.

Difficile d’ailleurs de rater le bouton de mise à feu… pardon (décidément!) le bouton de démarrage, placé en évidence au bas de la console centrale. Le son du 4 cylindres, plutôt caverneux, est agréable et le couple généreux permet de s’insérer facilement dans la circulation. Le moteur est inaudible au ralenti et très bien insonorisé à basse vitesse. L’embrayage, pas super facile à doser sur le 1er rapport, me rappelle que ce Veloster n’est pas une citadine, mais ils s’acquitte fort honorablement de sa tâche dans ses conditions. Même la visibilité est bonne, y compris vers l’arrière ce qui est en général un problème sur ce genre de véhicule. Là, c’est tout à fait correct. En ville, il faut aussi s’habituer au freinage très mordant, qui surprend dans un premier temps et qui nécessitera un petit temps d’adaptation pour être bien dosé.

SONY DSC

Les réglages électriques du siège conducteur permettent de trouver une position de conduite absolument PARFAITE!

Les réglages électriques du siège conducteur permettent de trouver une position de conduite absolument PARFAITE!

Le confort est excellent, certes ferme en ville mais sans jamais être fatiguant. Les sièges particulièrement bien dessinés et dotés de nombreux réglages (dont un qui permet de régler l’inclinaison de l’assise pour mieux soutenir les cuisses; génial!) y sont pour beaucoup et assurent un confort de haute tenue. Les saignées et autres nids de poules sont également bien digérés par les trains roulants, malgré la monte pneumatique exigeante de 215/40 R18. Bref, malgré le pedigree de la bête, une utilisation quotidienne est parfaitement possible et aller chercher son pain et ses croissants, au saut du lit le dimanche matin, ne relèvera en rien de la punition! 

         Pour autant, ces premiers kilomètres me laissent un peu sur ma faim, comme si le Veloster voulait prendre son temps pour m’attraper dans ses filets! Je trouve le moteur peu démonstratif, pas particulièrement impressionnant, me laissant même douter du nombre de chevaux disponibles sous le capot. Si le couple est généreux (265Nm) et disponible de 1 500 à 4 500 tr/min d’après la fiche technique, je ne suis pas à ce stade de mon essai totalement convaincu. Certes ça pousse, mais de manière très linéaire et « sans esbroufe ». Même le turbo a géométrie variable a un fonctionnement totalement imperceptible, donnant l’impression d’avoir à faire à un moteur atmosphérique bien « plein ».  

A la décharge de notre Veloster, il faut avouer que je suis coincé depuis cinq bonne minutes derrière une quinzaine de voitures, bouchonnées par une camionnette qui sème ses branches mortes au grès des virages!! Grrrrrrr!! Mais poussez-vous donc !!! Au moins ces instants me permettent-ils d’apprécier la souplesse du moteur et de cerner sa personnalité. Je constate ainsi qu’il reprend -trop- tranquillement à bas régime et ne se réveille vraiment qu’à partir de 3 500 tr/min.

Mais ça y est! Au loin la camionnette nous laisse le champ libre, les choses sérieuses vont pouvoir commencer!

Jolies jantes de 18 pouces avec des pneus à flanc très bas (40) et une largeur plutôt faible (215).

Jolies jantes de 18 pouces avec des pneus à flanc très bas (40) et une largeur plutôt faible (215).

           Pour cette prise main, j’avais décidé d’aller vers le village de Collonges la Rouge, classé parmi les plus beaux villages de France depuis 1982, pour mettre en valeur la plastique avantageuse du coupé Hyundai. Mais surtout, on se rend dans ce superbe village en empruntant de belles routes, offrants du dénivelé et des virages sélectifs, l’idéal pour juger du potentiel du Veloster.

Et là, une fois la route dégagée, j’ai ENFIN découvert le véritable visage du Veloster et ce qu’il a vraiment dans le ventre !! Une fois engagé le rapport adapté, qui permet de garder le moteur « dans les tours », mes réticences se sont évanouies !!! Quelle poussée! Quelle santé! Ce que je prenais pour de la « mollesse » n’était en fait que la facette « civilisée » du Veloster, permettant de se déplacer d’un point A à un point B sereinement, sans fatigue et en toute sécurité. Mais quand l’heure de la récré a sonné, croyez-moi, le Veloster n’est pas le dernier! Le moteur vous catapulte alors littéralement d’un virage à un autre, avec un bruit rauque et puissant!! Un régal! Inutile pour autant de tirer sur les rapports jusqu’à la zone rouge (sauf pour le plaisir des oreilles!) qui débute à 5 500 tr/min. En effet, la puissance maxi est atteinte à 4 500 tr/min et cela se ressent bien derrière le volant.

La plage d’utilisation « sportive » est donc assez réduite mais cela n’est pas dérangeant, car il donne un caractère « pointu » à la mécanique plutôt sympathique. Bon… quelques centaines de tours de plus n’auraient pas été de refus… simplement pour le plaisir et éviter le malentendu du début de l’essai sur le manque de caractère du moteur!

Très bonne boite, un peu lente à mon goût en utilisation sportive.

A l’usage, ce n’est pas grave, car la boite offre des rapports parfaitement étagés, un guidage excellent, mais elle manque un peu de rapidité à mon goût. Elle nécessite de bien décomposer ses gestes pour être totalement efficace. Dites, M. Hyundai, à quand une boite robotisée avec cette motorisation ?Elle existait sur la version 140 ch, avec les palettes au volant… Hmmmm!

          Pour autant, il n’y pas là matière à gâcher mon plaisir, et le sourire qui commence à se dessiner sur mon visage s’accentue encore lorsque je commence à prendre la mesure des qualités du châssis! Le train avant est proprement DIABOLIQUE avec une direction (électrique) ferme « comme il faut », très directe et à la précision chirurgicale! Je me surprends d’ailleurs à rentrer trop fort dans les courbes, ce que le train arrière me signale pompant légèrement et en se calant sur ses appuis avec un petit temps de retard. Cela m’incite à changer ma manière de conduire pour tirer la quintessence du Veloster! En rentrant moins vite dans les courbes, pas de désaccords entre l’arrière et l’avant, qui travaillent alors en parfaite harmonie, ce qui me permet ainsi de remettre les gaz très tôt dans le virage et d’en sortir « comme une balle »! Jouissif!

Comme sur toute traction puissante, quelques effets de couple se font alors sentir (la voiture suit le profil de la route) dans des proportions raisonnables. Après tout, si on achète un Veloster, c’est aussi pour avoir un peu de travail à faire pour le dompter!

Le freinage, puissant, endurant et facile à doser dans ces conditions, parachève un tableau proche de l’idyllique! Seul petit grief: un manque de maintien des sièges en conduite sportive, pour l’assise surtout. Dommage!

Collonges la Rouge: des siècles d'Histoire contemplent le Veloster... Qui ne s'en laisse  pas compter!

Collonges la Rouge: des siècles d’Histoire (et des touristes!) contemplent le Veloster… Qui ne s’en laisse pas compter!

 


A BORD

Coupé...

Coupé…

Pas coupé!

Pas coupé!

 

 

 

Une planche de bord plus classique mais au style néanmoins dynamique et fort bien réalisée.         

          Proposer une carrosserie asymétrique est un pari audacieux et sympathique. Seule la Mini Clubman l’a tenté jusqu’ici avec un « moignon » de porte arrière, à ouverture

Toit vitré et ouvrant. L'impression d'espace y gagne beaucoup.  Attention à la tête lorsque le coffre se referme; vous risquez d'y laisser une ou deux cervicales...

Toit vitré et ouvrant. L’impression d’espace y gagne beaucoup.
Attention à la tête lorsque le coffre se referme; vous risquez d’y laisser une ou deux cervicales…

antagoniste.  Le Veloster reprend à son compte cette particularité avec deux ouvrants plus classiques, mais habillement maquillés. En effet, comme sur  une Alfa Guilletta, une Citroën DS4 ou le Honda Civic Tourer, la poignée de la portière arrière est dissimulée au niveau de la vitre. Ces deux portes côté droit ne dénaturent pas la ligne générale de la voiture, augmentent son aspect pratique et facilite l’accès à bord. Une fois installé à l’arrière, attention toutefois à la garde au toit réduite. On a la tête sous la lunette arrière; celui qui ferme le coffre se voit d’ailleurs rappelé, par un autocollant explicite, l’impérieuse nécessité de prévenir les passagers arrière de la fermeture imminente de celui-ci!!

          Bref, il n’y a pas tromperie sur la marchandise, vous êtes bien installés dans un coupé et il n’est pas question de l’oublier! N’empêche, un couple avec un enfant en bas âge peut tout à fait envisager d’utiliser cette voiture au quotidien sans avoir à faire de grande concession sur les aspects pratiques. Le coffre au seuil de chargement exagérément haut (choix des designers oblige!) offre une contenance respectable de 320 litres et une banquette rabattable 2/3-1/3 classique mais bien pratique. Petit coup de griffe à la moquette du coffre, fine comme « Wrap » de chez Mc Do… 

L'accès est aisé mais la place reste comptée. C'est un coupé malgré l'architecture 2+1 des ouvrants.

L’accès est aisé mais la place reste comptée. C’est un coupé malgré l’architecture 2+1 des ouvrants.

Rangements nombreux et bien répartis à l'avant.

Rangements nombreux et bien répartis à l’avant.

L’espace aux jambes est compté et deux adultes auront du mal à faire un long trajet sans réclamer des poses « crampes » régulières.

Côté « coupé », à gauche donc, une tirette -mal- placée au bas du siège conducteur permet au passager arrière d’accéder à sa place, en faisant  basculer le dossier… qui ne reprend pas sa position initiale! Du coup, le conducteur s’assoit sur un siège au dossier basculé vers le volant, et doit le régler à chaque fois!! Pas pratique du tout! C’est à se demander si ce n’est pas volontaire, pour obliger les gens à utiliser la porte arrière droite…  Je vois assez bien le designer dire à ses collaborateurs: « Eh oh! Les gars, j’ai dessiné une porte arrière sur notre coupé, là… Vous êtes gentils vous me trouver un truc pour que les gens s’en servent, ok?« . Vœux exhaussé!!

         A l’avant par contre, tout va bien. J’ai déjà loué la position de conduite excellente et le confort des sièges, au cuir de belle facture. La place ne manque pas, tout comme les espaces de rangements bien placés et en nombre suffisant. Par contre, comme sur le Civic Tourer essayé dernièrement, je ne comprends pas le choix de ne proposer une aumônière de rangement qu’au dos d’un seul siège (un filet sur le Veloster). Faut-ils obligatoirement un « puni »? Comment désigne-t-on celui qui n’y aura pas droit? Hein? C’est un coup à semer la zizanie entre les occupants, ça!

Détail bien pratique: un guide plastique permet de rapprocher la ceinture de sécurité du conducteur, lui évitant ainsi de se contorsionner. Votre essayeur, souple comme un piquet de bois, applaudit!!

Sièges remarquables, ajustables dans tous les plans, qui manque simplement d'un peu de maintien en conduite soutenue.

Sièges remarquables, ajustables dans tous les plans, qui manquent simplement d’un peu de maintien en conduite soutenue.

          Une fois n’est pas coutume, j’ai gardé pour la fin de ce chapitre mes commentaires sur la planche de bord et sa finition.

Ceux qui me lisent régulièrement connaissent ma maniaquerie, mon soucis du détail et mon intolérance aux plastiques durs, fragiles et mal ajustés! Et bien dans le Veloster… TOUS les plastiques sont durs et cela ne m’a pas, mais alors pas du tout… DÉRANGÉ!!! Certes, il n’y a pas un seul plastique « moussé », cher au marché européen, mais ils sont tous joliment travaillé au niveau de leur grain, uniformément mat et surtout, surtout ils ne sont pas fragiles! Pas de rayures au moindre petit ongle qui traine; même madame peut négligemment laisser trainer la fermeture éclair de son sac à main… Le Veloster n’en fait pas un cas! Et comme les ajustements sont excellents, aucun bruit parasite ne vient troubler la sérénité des occupants! Il ressort donc de cette analyse, un bilan très flatteur tant visuel que qualitatif. Comme quoi, c’est possible!! Merci Monsieur Hyundai pour cette démonstration… Qui devrait en inspirer plus d’un!

Cuir en abondance sur la contre-porte et style dynamique.

Cuir en abondance sur la contre-porte et un style dynamique.

Je ne reviens pas sur le style, moins exubérant qu’à l’extérieur, mais qui présente des détails sympas comme le bouton de démarrage planté au milieu de la console centrale, le superbe pédalier alu (et sa grosse pédale d’accélérateur ancrée au plancher comme sur les allemandes…), un repose genou de chaque côté de la console enchassé dans une poignée très « Audi TT« , ou les poignées de porte au style singulier. Tout ceci rend l’atmosphère vraiment très agréable.

                   Les équipements sont nombreux (clim auto, toit vitré et ouvrant, GPS Europe, alarme périmétrique, cuir…) et à la page technologiquement: feu de jour à LED, écran tactile, caméra de recul, démarrage sans clé, Bluetooth et toutes les connectiques indispensables de nos jours (USB, prise « Jack »…).

Un seul regard et tout est dit!

Un seul regard et tout est dit!

          Malgré l’écran tactile de 7 pouces, très facile à utiliser, il subsiste des boutons sur la console, mais ils ne sont pas envahissants comme sur d’autres modèles (une Focus ST par exemple, essayée par votre serviteur, atteinte de « boutonnite » aiguë) et concerne des fonctions utiles: clim et accès aux menus divers (GPS, radio, CD…). Bon point pour le bouton de désactivation de l’airbag passager (utile pour installer la coque d’un nouveau né près de soi). J’ai été, par contre, ennuyé par la petitesse de l’horloge et l’obligation d’avoir l’écran central allumé pour  pouvoir la consulter.

Clairs et lisibles, les compteurs manquent de caractère.

Clairs et lisibles, les compteurs manquent de caractère.

Petites critiques également sur les graphismes du GPS, un peu « datés » même s’il est très lisible et qu’il fournit de nombreuses informations utiles avec justesse et fluidité. J’ai trouvé également le graphisme  des compteurs assez banal, n’évoquant nullement la sportivité. Impression confirmée par la couleur bleue retenue pour l’éclairage général des compteurs et des commandes. Vive le rouge!! C’est un coupé « méchant » que diable!

Enfin, dernière remarque concernant la climatisation, pourtant régulée, qui fait du froid… trop froid même quand on lui demande un petit 21° !!

Ces petits griefs sont bien peu de choses face aux qualités intrinsèques de cet habitacle qui me laisse une impression très positive! Au final comme pour la mécanique, s’arrêter sur sa première impression ou sur ses à-priori aurait été grave une erreur!!

SONY DSC


SONY DSC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SONY DSC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au loin, Collonges la Rouge... qui n'intimide pas "Veloster le Gris"!

Au loin, Collonges la Rouge… qui n’intimide pas « Veloster le Gris »!


BUDGET

Toujours très pratique la caméra, surtout lorsque l'image s'affiche sur un écran de belle taille (7 pouces).

Toujours très pratique la caméra, surtout lorsque l’image s’affiche sur un écran de belle taille (7 pouces).

          27 650€, voilà qui est une somme « rondelette », mais relativement raisonnable au regard des prestations proposées et de la polyvalence que peut légitimement revendiquer le Hyundai Veloster. Hélas, le régime de Bonus-Malus veille, faisant peu de cas de la sécurité qu’apporte une telle cavalerie pour dépasser sereinement, un châssis sûr ou un freinage ultra efficace. Dommage, donc, car il faudra rajouter, pour les vilaines émissions de CO2, la « modique » somme de… 2 200€! Merci quiiiii ?! Avec une indispensable peinture métal ou mat (unique option!), nous en sommes donc à près de 30 000€. Ce tarif reste pourtant très concurrentiel face à une Audi TT de base (160 ch et un équipement limité) qui débute à presque 34 000€, ou un Peugeot RCZ THP de 200ch à 33 000€… et 1 600€ de malus… mais qui ne disposent ni des mêmes aspects pratiques ni de son niveau d’équipements. De ce côté là, Hyundai « offre » un véhicule tout équipé, de l’indispensable au superflu.

Pour enfoncer le clou, Hyundai possède dans sa manche un atout de poids: une garantie 5 ans sans limite kilométrique! Quand on parle des marques coréennes, la plupart de gens évoquent la garantie 7 ans de Kia (la marque sœur) qui a su parfaitement communiquer sur cet aspect rassurant pour les acheteurs. Pourtant, comparée à celle de Hyundai, la garantie Kia est un  peu plus restrictive et les coûts d’entretien sont plus élevés (récente étude de l’Automobile Magazine sur ce point). 

Alors? Irréprochable ce Veloster? C’est en passant à la pompe que se révèle le talon d’achille de la voiture, puisqu’on est loin des 6,9 litres affichés par la brochure en cycle mixte. Pour ma part, si une conduite sportive ne m’a jamais fait dépasser les 12 litres de moyenne (c’est bien!), un rythme plus calme sur un parcours mêlant ville et voies rapides ne m’ont pas permis de descendre sous les 7,9 litres. Pas scandaleux dans l’absolu, et même remarquable il y a encore 2 ou 3 ans! Mais les progrès sont si importants de nos jours sur les mécaniques essence, que l’on devient très exigeant sur ce poste très couteux pour les ménages. Avec un réservoir de 50 litres, parcourir entre 600 et 650 km est possible,cette valeur n’ayant rien de très flatteur. Pourtant, cette auto est si attachante que l’on doit pouvoir se montrer compréhensif!! Je le serais moins avec l’indicateur d’autonomie qui m’annonce 76km d’autonomie à l’entrée d’un village, et qui ne m’annonce… plus rien à sa sortie, deux minutes plus tard!! Un peu angoissant quand on ne connaît pas bien la voiture!

Le bouton de "mise à feu" au dessus de toutes les connectiques indispensables de nos jours.

Le bouton de « mise à feu » au dessus de toutes les connectiques indispensables de nos jours.

 

Des virages, des virages et encore des virages... Voilà ce que le Veloster réclame!

Des virages, des virages et encore des virages… Voilà ce que le Veloster réclame!

 

 

 

 

 

 

 

Un coffre de bonne contenance, au seuil de chargement forcement haut, mais à la moquette trop "cheap".

Un coffre de bonne contenance, au seuil de chargement forcement haut, mais à la moquette trop « cheap ».

 


 LES ATOUTS

– Lignes démentielles et assumées!
– Train avant diabolique
– Moteur explosif (… dans sa fenêtre d’exploitation optimale)
– Qualités dynamiques de haut niveau (freinage / direction)

– position de conduite et confort général
– Qualité d’assemblage
– Équipement généreux

*********************************

LES POINTS FAIBLES

– Consommation
– Caractère moteur trop policé (… hors de sa fenêtre d’exploitation optimale)
– Malus décourageant


CONCLUSION

SONY DSC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SONY DSC

       

          Assurément, avec cette version Turbo du Veloster, Hyundai tient là le véhicule « image » qui lui manquait, à même de faire parler de la marque et ainsi faire connaître les qualités de ses produits.

Lors de ma première rencontre avec Pierre Pouget, celui-ci m’avait indiqué que c’est en le conduisant que ce Veloster se révélait. Je ne peux que lui donner raison tant j’ai été bluffé par la somme des qualités de ce coupé atypique… et sympathique! Le Veloster Turbo n’a pas qu’une « gueule » à vendre, mais constitue une vraie alternative à ses concurrents mieux établis (Audi TT, Peugeot RCZ, Volkswagen Sirocco et autre Mégane coupé RS).

Pas le plus puissant, pas le plus sobre, pas le plus connu non plus, ce coupé m’a pourtant séduit par son caractère tempétueux, sa tenue de route incroyable et l’homogénéité de ses prestations qui en font, aussi, un véhicule parfaitement utilisable au quotidien.

Assurément, Hyundai doit proposer dans sa gamme d’autres versions aussi décalées et attachantes que ce Veloster, pour asseoir son image auprès du public. Vus les yeux écarquillés et des pouces levés tout au long de cet essai, les français sont loin d’être aussi « autophobes » qu’on le dit!

Engagée dans le championnat du monde des rallye avec la petite i20 WRC, la marque tient peut-être là une nouvelle occasion de répéter rapidement ce coup de maître, en déclinant une version de sa petite citadine aussi dévergondée que ce Hyundai Veloster Turbo !! 


 REMERCIEMENTS

          Un très grand merci à Pierre POUGET pour son accueil dans sa concession et son écoute lors du salon de l’automobile de Brive. Il parle de sa marque avec justesse et objectivité, certain de la qualité de ses automobiles. Cela fait plaisir à entendre! 

Pas avare de son temps ou de ses conseils, il a été un interlocuteur attentif et intéressé. Merci également à son équipe, toujours souriante et disponible… même face à l’imprévu! 😉 Les clients doivent être heureux et en confiance (c’est votre essayeur, client mécontent des services d’une autre marque, qui vous le dit!!) !

GARAGE POUGET SAS, 47- 49 av. de l’Abbé Jean Alvitre – BP 194 19105 BRIVE LA GAILLARDE Cedex- Tél. : 05 55 86 92 92

SONY DSC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SONY DSC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SONY DSC


 LES ROUTES DE L’ESSAI

Allez visiter le superbe village de Collonges la Rouge, à 15 minutes de Brive la Gaillarde. C'est tout simplement un petit bijou...tout comme les routes qui y mènent et qui serpentent autour.

Allez visiter le superbe village de Collonges la Rouge, à 15 minutes de Brive la Gaillarde. C’est tout simplement un petit bijou…tout comme les routes qui y mènent et qui serpentent autour.

 

 

 

4 comments for “ESSAI: HYUNDAI VELOSTER T-GDI 186 ch TURBO

  1. fruoco
    21 août 2014 at 14 h 42 min

    Bonjour,quel plaisir de te lire ,j ai 38 ans et quand j avais 20ans j adorais le tuning ,quel pied de sortir avec une belle caisse qu’on a créer personnellement ensuite la vie vous a fait que j ai du tour arreter et j ai du tout simplement me rabattre sur une opel astra de 2004.Bref le plaisir de sortir n était plus au rendez -vous mais néanmoins j avais enfin la conscience tranquille.Cepandant je viens d acheter un veloster turbo noir(1 semaine )et j ai rajeuni mais grrrrrrraaaaaaavvvvveeeee,j adore me retrouver au volant meme pour allé faire les courses cependant j ai un peut la boule au ventre de la laisser sur un parking.Coup de porte,rayures etc enfin pourquoi s interdire ?…….Maintenent je suis proprio et marié avec une princesse me restait plus qu une belle voiture(pas d enfant ,on en veut pas)Bref tout ca pour te dire merci pour ton reportage,en le lisant je m y suis retrouvé pas mal,car tout comme toi je n en pense que du bien.Merci a toi et vive le veloster turbo …………………….stephane un heureux et rapide proprietaire

    • Cyril
      21 août 2014 at 16 h 53 min

      Merci pour ton commentaire!… Le premier d’un lecteur que je ne connais pas! Champagne!
      Et félicitations pour ton achat; comme tu l’as compris j’avais été objectivement emballé!

  2. Claude
    4 janvier 2015 at 15 h 33 min

    Heureux propriétaire d’un Veloster turbo rouge depuis 3 jours, c’est une réel plaisir de lire cet article et de constater que je retrouve absolument les mêmes sensations. De plus, ayant 2 jeunes garçons, la voiture est réellement pratique au quotidien. Je peux même y transporter des meubles (meuble TV, table basse).
    Bref, comment allier vie de famille, envie d’avoir une voiture sportive et prix d’achat ? Acheter un Veloster Turbo bien sûr !

    • Cyril
      4 janvier 2015 at 15 h 52 min

      Merci pour ce commentaire! Effectivement, le Hyundai Veloster Turbo a été une des excellentes surprises de cette première année d’essais (8 mois d’existence pour être précis!)! Une seule chose à ajouter… BONNE ROUTE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.