ESSAI: Toyota Yaris Hybride HSD 100 Attitude

TOYOTA YARIS HYBRIDE HSD 100 ATTITUDE  – Prix: 20 050 € – 5 cv – Bonus: – 1 650 € minimum (2014)


 Le Salut de la Sécu !

SONY DSC

Stress : n.m. (mot angl.) Ensemble de perturbations biologiques et psychiques provoquées par une agression quelconque sur un organime. (…) Un stress intense et prolongé peut être source de divers troubles (anxiété, fatigue, ulcère gastrique, eczéma…).

Voilà la définition que donne mon Petit Larousse de ce mal sournois, source de prescriptions en tous genres, allant des anxiolytiques aux anti-dépresseurs en passant par de multiples séances chez le psy…

Votre essayeur tenterait-il de vous parler de sa vie personnelle ? Absolument pas, rassurez-vous, mon deuxième prénom c’est « sérénité »… Et surtout quel est le rapport avec notre nouvelle Yaris ? Et bien c’est simple : cette auto est une véritable arme anti-stress dans cette définition Hybride !! Imaginez un peu : que d’économie réalisable en éliminant ce fléau de nos vies agitées !

Suivez donc ma prescription: roulez en Yaris matin, midi et soir et vous verrez vos angoisses disparaitre, votre anxiété s’évanouir et la « zénitude » vous envahir !

Cette conclusion… dès l’introduction, mérite bien quelques explications !

Une ligne somme toute classique mais qui ne manque pas de classe dans cette définition (jantes alliages, vitres arrière surteintées, peinture métallisée.)

Une ligne somme toute classique mais qui ne manque pas de classe dans cette définition (jantes alliages, vitres arrière surteintées, peinture métallisée.)


PREMIER CONTACT

SONY DSC

Devant la gare de Brive la Gaillarde… Entre véhicules (en partie pour la Yaris !) électriques, on se comprend…

SONY DSC

A l’arrêt, seul le voyant « ready » vous indique que la voiture est bien en marche.

Dès neuf heures du matin, me voici devant la concession Toyota de Brive-la-Gaillarde pour prendre le volant de ma première voiture hybride. « Avez-vous déjà conduit une hybride ? » est d’ailleurs la première question que me pose Nathalie, mon interlocutrice du jour, dont je perçois qu’elle est une sincère et fervente adepte de ce type de motorisation. Ma réponse négative ne l’alarme pas le moins du monde, l’élément le plus déroutant pour un conducteur lambda étant finalement la présence d’une boite automatique. Grand amateur de ce type de transmission (… mais nous en reparlerons un peu plus loin…), l’adaptation est donc rapide: pied sur le frein, j’enfonce le bouton « start » pour démarrer la petite nippone, et là… RIEN… Pas un bruit… puisqu’au démarrage c’est le moteur électrique qui « prend la main ». Sans l’indicateur « ready », allumé au tableau de bord, on croirait avoir fait une mauvaise manip’ ! A ce propos, Nathalie me rappelle d’être vigilant lors d’un arrêt et de ne pas oublié d’éteindre la voiture en appuyant à nouveau sur le bouton « start » et de bien enclencher le frein à main. Sage précaution, le mode électrique totalement silencieux pouvant nous laisser croire effectivement que la voiture est éteinte.

Je charge sans peine mon matériel photo dans le vaste coffre, dont la contenance de 286 dm3 est strictement identique à celles des Yaris à motorisations thermiques. Mais alors ? Où sont donc les batteries ? Chut… ne le répétez pas, elles sont sous la banquette arrière, là où ça ne gène personne… Bravo !

La nouvelle face avant très expressive donne une nouvelle personnalité et un caractère affirmé à la Yaris, jusqu’ici assez consensuelle. La teinte bleue lagon de mon modèle d’essai lui va également bien au teint, et constituera la seule note colorée de cette matinée, malheureusement débutée sous un ciel gris.

Une fois trouvée ma position de conduite (en… dix secondes), et rassuré quand à la facilité de prise en main de cette version Hybride, je place le sélecteur de la boite automatique sur « D » et je « glisse » littéralement jusqu’à la sortie de la concession.

Que commence mon aventure dans le monde du silence… Me voici devenu le Commandant Cousteau de l’essai automobile… mais sans le bonnet rouge (sauf en hiver où il m’arrive d’avoir un beau nez rouge…)!

La Yaris, dans son élément !

La Yaris, dans son élément !

SONY DSC

Devant la Collégiale Saint-Martin de Brive la Gaillarde. La Yaris pourrait y entrer sans troubler la quiétude des fidèles…


SUR LA ROUTE

         

Agauche, le moteur thermique, à droite le moteur électrique. Facile, non ?

A gauche, le moteur thermique, à droite le moteur électrique. Facile, non ?

          Électrique ou thermique, le passage d’un mode à un autre est totalement imperceptible, la motorisation thermique étant particulièrement discrète elle aussi. Quelle maitrise de cette technologie par Toyota ! La puissance du moteur thermique est de 75 chevaux tandis que la partie électrique fournit 25 ch, soit une puissance cumulée de 100 chevaux  (oui… le calcul mental, c’est mon dada…), suffisante au quotidien. Avec quatre adultes à bord et/ou quelques bagages, cela doit changer quelque peu la donne.

La boite automatique à variation continue (E-CVT), comme sur un scooter, participe grandement au sentiment de douceur général qui se dégage de la conduite de la Yaris hybride. Pour faire simple, cette boite ne compte qu’un seul rapport, ce qui veut dire que la poussée du moteur  est totalement linéaire. Cette absence de rupture de charge à l’accélération est un gage de vivacité très appréciable en ville. La disponibilité immédiate de la puissance électrique est bluffante, comme l’est le silence qui envahit l’habitacle à chaque arrêt. J’en suis même arrivé à couper le son (de qualité assez moyenne d’ailleurs) de la radio  pour profiter de ces nouvelles sensations ! Évoluer en ville est un jeu d’enfant et surtout un pur régal !

Une grille très "années 80", façon vieille Mercedes, et un pommeau peu élégant, mais cette boite E-CVT est un pur régal en ville !

Une grille très « années 80 », façon vieille Mercedes, et un pommeau peu élégant, mais cette boite E-CVT est un pur régal en ville !

       L’autre élément nouveau qu’implique la conduite de cette Yaris Hybride, c’est la récupération d’énergie électrique : vous levez le pied ? Vous rechargez les batteries ! Vous freinez ? Vous rechargez les batteries !! Du coup, on adapte sa conduite à ce nouveau facteur puisqu’il est source d’économie de carburant et de décibels ! Le grand écran central, qui distille quantités d’informations utiles sur votre conduite, les kilowatts récupérés, le mode de propulsion utilisé, etc., devient votre meilleur ami dans la voiture si bien que vous passez votre temps à tenter d’améliorer vos anciens « exploits » et à tenter d’utiliser la propulsion électrique le plus souvent possible ! Vous êtes bien aidés en cela par le compteur situé à gauche du tachymètre. Celui-ci prend la place du traditionnel compte-tours et vous indique si vous rechargez les batteries (CHG), si vous utilisés la puissance dans des conditions raisonnables (ECO) ou si vous sollicitez du moteur toute sa puissance (PWR). Tout naturellement, on en vient à « tirer » le moins possible sur la mécanique pour rester dans la plage la plus favorable !

Nous y reviendrons dans la partie « budget », mais ce petit jeu, totalement addictif en ce qui me concerne, est un réel gage d’économie d’argent et un véritable moyen de se débarrasser de son stress puisqu’on ne pense qu’à lever le pied et à attendre -presque- avec impatience le premier ralentissement !

Mon meilleur ami numéro 1...

Mon meilleur ami numéro 1…

SONY DSC

Mon meilleur ami numéro 2 ! ici, l’écran indique que les batteries se rechargent…

          En ville comme sur route, la direction électrique m’est apparue sans histoire, douce et précise avec une bonne remontée d’informations (notre version était équipée de jantes de 16 pouces). Le freinage s’accompagne d’un petit sifflement sympathique, qui nous rappelle que les batteries se rechargent, et ne prête pas le flanc à la critique. Cette voiture ne poussant absolument pas à hausser le rythme (je vais y revenir…) il s’avère donc efficace et endurant, bien aidé  par ses quatre disques.

Le comportement routier sain, sûr et sécurisant n’appelle pas non plus de commentaire particulier, faisant de la Yaris une compagne très recommandable. La prise de roulis est présente mais maîtrisée, offrant ainsi un confort de bon niveau. Comme souvent sur les voitures japonaises, je mentionnerai simplement une filtration perfectible des bruits de roulement sur mauvais revêtements. Rien de rédhibitoire cependant.  Finalement, il ressort de ce bilan dynamique, que notre Yaris offre des prestations d’un excellent niveau, mais sans toutefois déclencher d’émotions ou de plaisir particuliers. Un achat rationnel et rassurant  en somme, le plaisir venant, vous l’avez compris, de la sérénité qui se dégage de la conduite de cette citadine talentueuse.

SONY DSC

Le restylage de la face avant de cette Yaris est une réussite ! Beaucoup plus expressive qu’auparavant, elle n’est pas sans évoquer, par certains côtés, celle de la Renault Clio.

         Alors ? Aucun défaut cette Yaris ? Oui et non serais-je tenté de vous dire !

Cherchant de  nouvelles routes et de nouveaux lieux à mettre en avant au cours de mes essais, mes roues m’ont guidé jusqu’au Pôle Découverte Alystar d’Olivier Rébufie (Champion du Monde d’Enduro 2001) à Lauteuil, à une dizaine de kilomètres de Brive (lien vers leur site ici !) qui propose de multiples activités passionnantes (Quad, paintball, motocross, tyrolienne géante et bien d’autres choses encore !) dans un site absolument magnifique. L’endroit idéal pour une séance photo et faire le point sur l’utilisation de cette Yaris hybride en dehors des zones urbaines.

Sur ces routes « tournicotantes » et valonnées, la transmission E-CVT m’a révélé toutes ses limites. Ayant besoin de puissance pour grimper les côtes ou relancer la voiture à la sortie d’un virage, le fait d’écraser l’accélérateur et de solliciter la mécanique provoque immanquablement une montée dans les tours fort désagréable, accompagnée d’une sensation de patinage de la boite de vitesse. En effet, ne comptant qu’une vitesse, le régime moteur s’emballe, alors que la vitesse n’augmente pas significativement. Cela est encore plus vrai sur autoroute où doubler un camion par exemple, relève du calvaire tant la mécanique semble poussive et vous crie sa douleur !

          Gros défaut alors, me direz-vous ? En temps normal, avec une voiture « conventionnelle », je vous aurais répondu « oui » sans hésiter. Mais avec cette Yaris, permettez-moi de vous dire sans détour… « non » ! Je m’explique : si vous conduisez cette auto comme votre voiture thermique, avec vos repères habituels, le fossé entre les sensations que vous attendez et celles ressenties vous déroutera profondément. Cela a été mon cas dès les premiers kilomètres hors de  la ville. Ne prenant aucun plaisir à martyriser la mécanique malgré les bonnes dispositions du châssis, je me suis mis à lui obéir et à adopter le rythme qu’elle me dictait ! Et là, surprise, ça marche ! On se met à prendre son temps dans les côtes, où derrière un camion, sans chercher coûte que coûte à accélérer le rythme ou à dépasser, puis dans les descentes on laisse faire… la gravité ! Pied retiré de l’accélérateur, la voiture prend alors de la vitesse, recharge les batteries et… se tait ! De son côté, le châssis permet d’évoluer à vive allure en toute sécurité et… sérénité , décidément le maître mot de cet essai !!

Comme quoi, il faut toujours suivre les modes d’emploi !!

SONY DSC

Devant l'entrée d'Alystar puis devant l'Auberge "Chez Maria" située au cœur du site.  Les routes y menant m'ont permis de comprendre le mode d'emploi de cette Yaris Hybride.

Devant l’entrée d’Alystar puis devant l’Auberge « Chez Maria » située au cœur du site. Les routes y menant m’ont permis de comprendre le mode d’emploi de cette Yaris Hybride.

le site d'Alystar s'étend sur 25 hectares, avec notamment des pistes ouvertes aux motocross et aux quad. Sensations garanties !

Le site d’Alystar s’étend sur 25 hectares, avec notamment des pistes ouvertes aux motocross et aux quad. Sensations garanties !


A BORD

SONY DSC

          Pendant longtemps, il a été reproché aux constructeurs japonais de n’offrir à leurs voitures que des plastiques bien assemblés mais systématiquement durs et parfois sensibles au rayures. Face aux plastiques moussés des Clio (…de la précédente génération !), 208, Polo et autres Fiesta par exemple il est vrai que la Yaris pouvait souffrir de la comparaison. Cette version restylée corrige grandement ce petit travers avec la présence d’un large bandeau moussé qui court tout le long de la planche de bord. Les autres plastiques restent durs mais robustes et offrent un grain fin qui présente bien. A l’heure où les constructeurs français notamment font des économies dans ce domaine, avec des plastiques uniformément durs ET SURTOUT fragiles, il y a là matière à réflexion et à inspiration… Du coup, à mon sens, la Yaris se situe dans le haut du panier en matière de finition.

Le style de la planche de bord, lui, est assez simple mais très fonctionnel, ne faisant pas dans l’extravagance ni la fantaisie. Le rationnel l’emporte sur le passionnel, même si, selon les versions, le bandeau moussé peut être coloré ce qui change grandement l’ambiance intérieure. Sur notre hybride, il restera gris.

J’ai apprécié le joli petit volant en cuir surpiqué à trois branches, légèrement aplati à sa base, les commandes intuitives et la position de conduite réussie. Le grand écran central tactile « Touch & Go 2 » présente pour sa part des graphismes très modernes, animés pour ce qui est de la partie « énergie », et apporte une touche « high tech » bienvenue ! La présence d’une caméra de recul facilite la vie (et hop ! Moins de stress !!) aidant grandement aux manœuvres, même s’il n’y a pas lieu de se plaindre de la visibilité générale. Bref, on se sent bien dans cette Yaris !

La place disponible est suffisante à l’avant comme à l’arrière, tandis que le volume du coffre est conséquent (286 dm3) avec la présence toujours appréciable d’un double fond. Les sièges avant bien dessinés offrent confort et maintien.

SONY DSC

Désolé pour la terre sur les tapis… Le sol était humide ! Mais rassurez-vous, je les ai nettoyés avant de rendre la voiture !

SONY DSC

SONY DSC Des sièges avant très agréable et une banquette arrière longue et épaisse mais manquant de maintien.

A l'aise !

A l’aise !

SONY DSC

Heureusement que le bleu des compteurs et le grand écran tactile apporte un peu de gaité à cet habitacle où le gris domine.

L’équipement de ma version d’essai était pléthorique ! Climatisation bi-zone, écran tactile 7″, caméra de recul, GPS Europe, un pack ZEN optionnel à 600€ mais hautement recommandable comprenant notamment le vérrouillage/ déverrouillage des portières et démarrage sans clé Smart Entry & Start), le détecteur de pluie, l’allumage automatique des phares, le rétroviseur intérieur électrochromatique et une autre option à 600€ constituée du Toyota Touch & Go 2 (navigation à écran tactile et cartographie européenne). Pas indispensable pour une citadine, quoique avec mon sens de l’orientation…

Ben... il est où  le mien ?

Ben… il est où le mien ?

Cela devait venir de mon Smartphone. C'est quand même très frustrant !

Cela devait venir de mon Smartphone. C’est quand même très frustrant !

Dans cet océan de louanges, j’épinglerais l’impossibilité d’appairer mon téléphone à la voiture via le Bluetooth. Dommage ! Le système fonctionne pourtant  très bien, puisque j’ai accroché absolument TOUS les portables à proximité !!

J’ai également trouvé un peu mesquin de n’offrir une aumônière qu’au dos du seul siège passager et regretté la simple couche « d’après » dans le coffre.

SONY DSC

SONY DSC SONY DSC SONY DSCSONY DSC SONY DSCQuand je vous disais que l’écran central offrait pléthore de fonctions…

Très bel aménagement de la contre-porte.  Le bac de rangement aurait pu être plus vaste.

Très bel aménagement de la contre-porte.
Le bac de rangement aurait pu être plus vaste.


BUDGET

SONY DSC

          Voilà sans doute le chapitre le plus attendu ! Un diesel, c’est économique mais pas adapté à de courts déplacements urbains; un moteur essence l’est mais consomme davantage; le tout électrique est formidable, mais l’autonomie insuffisante limite son champ d’action hors des villes… La solution, serait-elle donc l’hybride ? Je ne suis pas loin de le penser !

La consommation de cet essai s’est établie à 5,3 litres sur des parcours variés !! Excellente valeur ! Au début de mon périple, j’étais trèèèèèès fier de n’avoir consommé en moyenne sur mon premier parcours exclusivement urbain que 4,4 litres: « Ouah!! Trop fort !!  »  pensais-je ! Et bien sachez qu’après avoir assimilé le fonctionnement de la Yaris Hybride, je me suis contenté de 3,9 litres sur mon trajet retour ! Je n’en étais pas peu fier et m’en suis honteusement vanté auprès du chef des ventes de la concession, venu recueillir mes impressions à la fin de l’essai ! Pardonnez ces instants d’autosatisfaction, mais cette valeur est proprement remarquable et vous indique à quel point le budget d’utilisation de cette Yaris sera réduit ! En ville, sur de courts trajets, il n’y a pas mieux, tandis que le moteur thermique permet d’avoir une polyvalence appréciable (au prix d’un agrément assez modeste, il est vrai) sans trop consommer pour autant.

SONY DSC

Equipement haut de gamme pour cette Yaris équipée du pack Zen

Équipement haut de gamme pour cette Yaris, équipée du pack Zen

Quand au prix d’achat, notre version Attitude hors option coûte  20 050€. Le bonus de 1 650€ fait baisser la facture à 18 400€.  La version hybride de base s’échange contre 17 550€. Le bonus écologique représente 8,25% du prix total. Du coup, notre modèle d’essai, équipé de la peinture métallisée et des deux packs mentionnés précédemment reste sous les 20 000€ ! Pour ne prendre qu’une seule comparaison, une Clio IV équipée du petit moteur turbo TCe de 90 chevaux avec le troisième niveau de finition (comparable avec notre version de la Yaris) vous coûtera 18150€, tandis que la même version en diesel dépasse  les 20000 €. Notre Yaris se situe donc au niveau de la première  en tarif et aussi bien placée que la seconde pour ce qui est du coup d’utilisation…voire mieux ! La Yaris étant disponible avec les trois type de motorisation, c’est l’utilisation que vous en ferez au quotidien (urbaine, mixte, plutôt routière…) qui déterminera votre choix.

Pour information, la concession Toyota de Brive vend majoritairement ses Yaris en hybride ! CQFD !

Devant l'église du XIIIème siècle de Dampniat. Décidement, cette Yaris aime le calme...

Devant l’église du XIIIème siècle de Dampniat. Décidement, cette Yaris aime le calme…


LES ATOUTS

– Reine des villes

– Silence de fonctionnement / voiture apaisante

 – Contenu technologique (hybridation & équipements « high tech »)

– Agrément en ville

– Consommation

– Équipements

– Voiture sûre et confortable

– Qualité de fabrication (… made in France !)

– Prix concurrentiel

**********************************************************

LES POINTS FAIBLES

– Boite CVT qui « mouline » quand on sollicite le moteur

– Agrément moteur quand on le sollicite trop

– Reprises poussives hors des villes

– Voiture un peu trop « sérieuse »

SONY DSC


CONCLUSION

Conquis !

          J’ai été conquis par cette nouvelle manière d’envisager la conduite et le plaisir automobile. Celui-ci ne vient pas par d’une débauche de puissance ou d’un châssis diabolique, mais plutôt par la manière qu’a cette Yaris de faire de vous un conducteur responsable, raisonnable et patient (Si si, c’est possible !), respectueux de son environnement… dans tous les sens du terme ! Les déplacements deviennent reposants, mais aussi ludiques lorsqu’on recherche à maximiser la récupération et l’utilisation de l’énergie électrique.

Loin de moi l’idée d’éluder la question de l’agrément, très discutable, hors des villes, essentiellement dû à la transmission E-CVT…  qui devient pourtant l’un des atouts majeurs du  modèle, dans les zones urbaines. Si c’est là votre terrain de jeu favori, la petite Toyota, par ailleurs une citadine « bien sous tous rapports » ne négligeant aucun aspect pratique ou sécuritaire, représente une proposition vraiment très intéressante sur un marché très concurrentiel.

La Yaris Hybride se démarque de ses adversaires par son originalité technologique et la conduite « zen » que cette dernière induit. Vous l’avez compris, l’essayer c’est l’adopter, pour votre plus grand plaisir… et votre santé !

SONY DSC SONY DSC


REMERCIEMENTS

Un très grand merci à l’ensemble des personnes croisées lors de cet essai:

A la concession Toyota de Brive :

merci à Tiffanie pour sa gentillesse à l’accueil;

merci également à Nathalie Mazot du service Communication / Marketing pour sa disponibilité et sa patience (et il en fallait !) lors de la prise en main de la Yaris;

merci enfin à son chef des ventes, Michel Bouyou pour sa confiance en acceptant immédiatement de me confier des véhicules.

Un petit mot sur la concession, qui dispose d’un vrai coin « enfant » aménagé au milieu des nombreuses autos disponibles ! J’ai trouvé cela vraiment bien vu et très rassurant pour les parents ! En effet, il est difficile de se presser quand on vient acheter une voiture ! Bravo pour cette initiative… à généraliser !

CONCESSION TOYOTA – GROUPE REBIERE – PARC D’ENTREPRISES OUEST

RUE HENRI LECAT – 19100 BRIVE LA GAILLARDE – Tél: 05 55 87 02 68 – www.grouperebiere.com

SONY DSC

************************************

Merci au  Pôle Découverte Alystar d’Olivier Rébufie à Lanteuil et l’Auberge « Chez Maria », pour leur accueil et leur gentillesse.

Je vous encourage à découvrir sur leur site internet (superbement réalisé… Je veux le mêêêêêême !!!) la grande variété des activités proposés par leur équipe !!

ALYSTAR & AUBERGE « CHEZ MARIA »

La Borie 19190 LANTEUIL – Tél. 05 55 23 16 64

SONY DSC SONY DSC SONY DSC


 

 

 

 

 

3 comments for “ESSAI: Toyota Yaris Hybride HSD 100 Attitude

  1. 14 septembre 2015 at 15 h 56 min

    Pour l’avoir essayé également, j’arrive globalement aux mêmes conclusions que vous. Une excellente petite voiture qui aime particulièrement la ville mais qui mériterait une meilleur boîte auto pour s’aventurer ailleurs… Il faut également espérer que la prochaine version sera rechargeable pour augmenter son autonomie en agglomération !

  2. Delais Yves
    9 octobre 2015 at 8 h 34 min

    j’ ai une Toyota Yaris depuis cinq jours et ce que je n’arrive pas à maitriser c’est la caméra de recul. Existe-il des réglages , par deux fois j’ai eu des accros en reculant
    Un stage est prévu pour une bonne prise en main à la fin du mois d’octobre

    • Cyril
      10 octobre 2015 at 13 h 48 min

      A ma connaissance, il n’y pas de réglages possible. Il faut « simplement » apprendre à jouer avec les lignes « repères » affichées à l’écran!
      Pour ma part, et malgré les nombreuses voitures que j’ai pu essayer avec cet équipement, j’ai du mal à ne pas reculer « à l’ancienne », en me retournant de temps en temps pour voir VRAIMENT ce qui se passe derrière…
      Je trouve l’initiative de Toyota (de vous proposer une petite formation) très sympathique!
      Merci pour votre message et… attention à vos pare-chocs!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.