ESSAI: HONDA CIVIC 1.0 i-VTEC Turbo 129cv Executive

HONDA Civic 1.0 i-VTEC Turbo 129cv EXECUTIVE  Prix: 24 900 € –  7 cv – BONUS/MALUS:  0 €  (2017)


JE SUIS UNE LÉGENDE…

Quand un modèle en est à sa dixième génération, celui-ci peut légitimement revendiquer sa place au Panthéon de l’automobile! C’est la cas de la Honda Civic qui peut donc y postuler sans rougir, au côté de modèles peut-être plus médiatiques (Golf, Mini, Coccinelle…)  mais avec un succès d’estime bien réel auprès du grand public et dans le cœur de ses fans!

Avec cette version « mondiale », la Civic dixième du nom est, même dans cette version quasiment d’entrée de gamme, bien partie pour marquer un peu plus encore l’histoire de l’automobile de son empreinte…  


PREMIER CONTACT

Esthétiquement, la nouvelle Civic est moins « clivante » que la précédente! Il faut dire qu’elle est destinée à faire carrière dans tous les pays sous cette unique forme, et qu’il lui faut donc séduire aux quatre coins du globe.

Avec mes yeux d’européen (… de type caucasien), la nouvelle Civic me plait beaucoup! Plus longue  (4m52!), plus large, plus basse, la Civic est sacrément bien posée sur la route! Rassurez-vous, pour mondiale qu’elle est, notre nipponne n’a pas inscrit le mot « fadeur » à son vocabulaire!

Avec sa gueule plongeante terminant un loooong capot, une ligne générale basse et agressive à souhait, je suis sous le charme! On ne peut la confondre avec aucune autre, et dans ce monde où le conformisme l’emporte trop souvent, ça fait du bien! J’aime beaucoup la large calandre laquée au design très travaillé  (même si elle laisse trop entrevoir ses agrafes de fixation).

Le profil élancé joliment galbé et nervuré donne une belle stature à la nouvelle Civic, tandis que la partie arrière fait nettement moins dans le « politiquement correct ». Si le hayon descend très bas pour marquer sa vocation familiale, le reste évoque davantage le sport, avec ses feux en boomerang qui débordent largement sur les ailes et se relient au dessus de la lunette arrière via un becquet. qui accueille le troisième feu stop.

Le pare-chocs fait plus « choc » que « chic » avec ses énormes ouvertures noires en nid d’abeilles, et son pseudo extracteur. Affaire de gout. Les jolies jantes de 17 (235/45) pouces  et les vitres surteintées finissent de donner à cette grande berline compacte une allure résolument sportive et affirmée.

Bref, la Civic s’est globalement assagie, mais certainement pas affadit et a indéniablement gagnée en standing!

Adepte de la précédente génération (un des premiers modèles essayé à la création de ce site, grâce à la concession Honda Viers Automobiles!), c’est sur la route qu’il me tardait de juger ce dixième opus. Il ne faudrait pas que la vocation mondiale du modèle ait poussé ses concepteurs à simplement « ne pas déplaire »…


SUR LA ROUTE

Le « downsising », depuis quelques années, on connaît: une cylindrée modeste pour consommer moins et un turbo pour ne pas se priver de puissance. La Civic y succombe avec ce tout petit 3 cylindres d’à peine 1 litre de cylindrée, développant pourtant la raisonnable puissance de 129 chevaux. Le poids restant contenu (1275kg à vide annoncé), les performances s’annoncent largement suffisantes, malgré un couple  pas exceptionnel sur le papier et un peu haut perché de 200Nm à 2250tr/min.

Dans les faits, le « trois pattes » s’avère souple dès les plus bas régimes et ne rechignent pas une seconde à monter joyeusement dans les tours jusqu’à la zone rouge (le moteur coupe ensuite brutalement dès qu’on la tutoie, mais nous ne sommes pas dans une Type R à chasser le dernier dixième…). Le bruit caractéristique des 3 cylindres est surtout audible sur les deux premiers rapports et sous de fortes accélérations, sans que cela ne soit désagréable une seconde! Au contraire, il confère une personnalité légèrement sportive fort agréable et jamais envahissante, rehaussée par le sifflement lointain mais perceptible du turbo.

Bien élevé et plein d’allant,  ce moteur a tout bon!

La boite à 6 rapports offre un très bon guidage avec une absence totale de jeu dans son levier et des débattements courts qui se marient bien au tempérament enjoué de la motorisation.

Le troisième rapport est « bon à tout faire », capable d’emmener le moteur des plus bas régimes jusqu’à la zone rouge avec un talent certain, permettant ainsi d’évoluer sur un filet de gaz en ville ou de « sauter » de virage en virage sur une route sinueuse sans avoir forcément à rétrograder. Les rapports supérieurs présentent un étagement plus longs, bénéfique aux consommations mais grévant légèrement les accélérations depuis les « hautes vitesses » réglementaires (110 et 130). Un exemple de cette relative longueur: il m’est arrivé de « cruzer » à 130km/h en 4ème, sans me rendre compte immédiatement qu’il me restait encore 2 rapports à passer. Rassurez-vous, il n’est jamais question de « mollesse » au volant de cette Civic 1.0l!

L’embrayage nécessite un peu de dosage (ou un peu d’habitude) pour s’élancer sans à-coups en 1ère et 2ème, mais la douceur de sa pédale permet de vite s’y faire.

Douceur également pour la direction, qui s’avère précise, vive et agréable en toute circonstance, même si je lui reproche à titre personnel de ne pas être très communicative. Ceux qui me lisent régulièrement savent que je suis difficile en la matière, aimant bien ressentir ce qui se passe au niveau de mon train avant. Pour la plupart des conducteurs, ce n’est pas un défaut puisque ce relatif « isolement » est généralement perçu comme un gage de confort. Après tout, de nos jours, l’électronique veille et jugule seule les éventuelles pertes d’adhérence.

La Civic a tout ce qu’il faut pour sortir de l’ombre!

Le freinage est absolument sans histoire, hyper efficace et endurant, là encore avec un dosage de sa pédale et sa course tout simplement parfaits! D’une manière générale, la douceur des commandes, moins « viriles » que sur une 308 notamment, sont un gage de confort en ville ou dans les bouchons, même si à titre personnel je n’ai rien contre un peu plus de fermeté…

… Mon côté « mâle dominé » sans doute…

Inutile d’entretenir un faux suspense, le comportement routier est une réussite! Le train avant est au diapason de la direction: vif au placement en entrée de courbe, précis, donnant un coté ludique à la conduite de cette Civic. L’arrière scotché au sol offre une super stabilité à l’ensemble, permettant des vitesses de passage en courbe… « intéressantes »… 😉

Sur cette version « sage », le roulis est présent mais jamais excessif ou générateur d’un quelconque désagrément pour les occupants.

Le confort enfin, marque un progrès considérable par rapport à la précédente génération qui souffrait d’importants bruits de roulements et d’une isolation phonique de ses passages de roues à parfaire: la nouvelle efface tous ces désagréments pour venir tutoyer les références européennes!

A noter que ces bonnes dispositions sont certainement dues à l’utilisation d’une plate-forme « premium », puisqu’il s’agit de celle du CR-V Américain qui dispose d’un « classieux » essieu arrière multibras.

Ainsi, la Civic n’est pas loin de réussir la synthèse parfaite entre les deux références du segment, en se positionnant exactement entre une 308 et une Golf. Elle offre un plaisir de conduire certain rappelant la vivacité d’une 308 tout en conservant la sérénité de conduite d’une Golf. Deux visages donc, à même de séduire une large clientèle! 

Terminons avec la cerise sur le gâteau: la Civic, même dans ce « modeste » deuxième niveau de finition « EXECUTIVE », offre ce qu’il existe de meilleur dans le domaine des aides à la conduite, comme l’ACC, ce dispositif largement rencontré sur les modèles du groupe Volkswagen et qui gère la distance, la vitesse et le freinage sitôt que le régulateur de vitesse est enclenché. Sur la Civic, le fonctionnement de cette précieuse aide à la conduite est impeccable! Tout au plus ai-je pu constater qu’il fonctionnait avec plus de « brutalité » que son homologue germanique. Plus surprenant sans doute et nécessitant un petit temps d’accoutumance, mais certainement pas moins efficace. 

La Civic profite également du système LKAS qui permet à la voiture, dès que le marquage au sol est bien visible, de garder le véhicule dans sa voie en apportant des corrections au volant. Attention de bien laisser faire le dispositif « tout seul », et de ne pas apporter des corrections supplémentaires au volant de votre côté. Je me suis laissé piéger, les actions « s’additionnant » et donnant une désagréable sensation de devoir « corriger » sans cesse les mouvements de la voiture. Inconfortable. Si on lui fait confiance, la douceur de conduite revient. Là encore, il n’y aura que les conducteurs occasionnels de la voiture qui seront surpris.

Les autres dispositifs d’aide à la conduite sont nombreux, mais nous aurons l’occasion d’en reparler plus loin…


À BORD

A l’intérieur  aussi, la « mondialisation » est de mise! Finie donc la planche de bord excentrique de la précédente génération que j’aimais beaucoup personnellement, ce qui explique peut-être ma première impression mitigée en m’installant à bord. Plus d’informations sur deux étages, de puits pour y admirer les compteurs… L’ensemble est beaucoup plus classique et plaira, c’est une évidence, au plus grand nombre.

Et puis, à l’usage, force est de constater que l’allure et l’élégance de cet intérieur finissent par séduire! La console centrale très inclinée apporte du dynamisme  à l’ensemble et se marie bien à l’agencement général plutôt horizontal qui, en descendant plus bas que le haut des contre portes (ch’uis pas clair?) donne un côté « suspendu » à l’ensemble très agréable.

L’instrumentation digitale très lisible est agréable à l’œil avec une belle impression de profondeur, et le volant trois branches à jante épaisse offre une prise en main parfaite et un design sportif. Les commandes aux volant sont intuitives, je suis juste peu convaincu par le dessin « rape à fromages » du réglage de volume, qui fait très « US » pour le coup.

L’ergonomie est simplifiée par rapport à la précédente génération avec des commandes « physiques (climatisation sur la console centrale, commandes sur le volant et une platine sur le côté gauche dédiée principalement au aides à la conduite) facile à appréhender, mais surtout avec un grand écran tactile de 7″ qui part du haut de la console pour finir comme  suspendu au dessous des aérateurs centraux. habile et élégant. 

Son maniement demande un peu d’entrainement, comme souvent quand on découvre un nouveau système, surtout quand il est aussi complet que celui de la Civic, mais on s’y fait vite globalement, preuve qu’il a été bien pensé. Il n’est pas spécialement rapide (à l’image de celui de la 308 avant son restylage) mais le nombre de ses fonctions est impressionnant: GPS « by Garmin », Apple Carplay ou Android Auto pour profiter de toutes les fonctionnalités de son smartphone, la radio par Internet, la caméra de recul…

Bref: un bel outil aux graphismes très réussis et qui apporte surtout une touche de couleur bienvenue dans cet habitacle bien sombre.

Un énorme bon esthétique et qualitatif!

La finition fait un grand bond en avant, avec de nombreux éléments en plastique moussé, conformes à ce que le public européen attend, ce qui fait gripper d’un très gros cran le standing de l’auto. Le design révèle une évidente recherche dans les détails, et un soucis évident de rendre l’habitacle plus valorisant au yeux de son propriétaire. Des éléments « singent » habilement le cuir avec des surpiqures du plus bel effet, du tissu vient largement recouvrir les zones en contact avec les coudes (contre portes évidemment mais aussi la partie située entre les sièges avant), les inserts « façon carbone-ou-alu-ch’ais-pas-trop » sont très jolis… Autant d’attentions flatteuses que ne viennent pas ternir, ou presque, l’utilisation de quelques plastiques lisses autour du levier de vitesse ou des lèves-vitres.

Un bémol personnel: j’ai trouvé dommage que l’élément qui habille le moyeu au centre du volant soit rigide, sonne creux et n’offre pas un grain parfaitement identique aux autres (et en plus il brille…). Quel dommage! C’est quand même le « morceau » de la voiture qu’on a tous les jours devant les yeux!

Les plastiques sont très bien assemblés, et il n’y a finalement que le trop grand nombre d’ajustements visibles (mais néanmoins irréprochables) entre des plastiques de natures différentes qui laissent la Civic en retrait par rapport à une Golf. Pour comparer notre japonaise à son véritable « challenger », la talentueuse 308 dont les progrès en matière de finition ne sont plus à vanter, si les plastiques sont plus uniformes et font plus « cossus » sur cette dernières, on peut encore émettre quelques doutes sur leurs tenue dans le temps (bruits de mobilier plus que d’usure des plastiques), alors que de ce point de vue, la réputation de la Civic n’est plus à faire… Elle est donc parfaitement dans le match face à ses concurrentes ambitieuses et bien établies. Bravo!

Avec une longueur de plus de 4m50, il serait étonnant que l’habitabilité soit prise en défaut.

Effectivement, pas de mauvaise surprise à craindre, au contraire! L’espace disponible est conséquent, à l’avant comme à l’arrière avec un très bel espace aux jambes et une place centrale qui n’a rien d’une punition, malgré un tunnel central un peu haut! Ce n’est pas si souvent le cas…

Les sièges sont parfaitement dessinés à l’avant, habillé d’un tissu robuste, au design sobre et valorisant qui n’est pas sans me rappeler d’univers BMW, alors que la banquette arrière est accueillante. Il n’y a que la garde au toit arrière qui posera problème aux grands gaillards, par la faute d’une ligne de toit fuyante qui s’abaisse donc vite.

La visibilité de 3/4 arrière n’est de ce fait pas non plus exceptionnelle par la faute d’un montant très incliné et épais. Mais comme on a la caméra de recul…

Avec 478L revendiqués, le coffre suffira amplement aux besoins d’une famille nombreuse, la hauteur de chargement étant simplement grevée  par l’inclinaison du hayon. Malgré des formes régulières, la Golf n’offre que 380L et la Peugeot 308 reste à bonne distance malgré ses 420l. La Civic peut dire merci à sa longueur, elle fait figure de référence en matière d’habitabilité.

Le double fond, assez vaste, est de rigueur pour cacher quelques objets précieux (ou des tendeurs… Et un gonfleur… Et un vieux chiffon sale… ça sent le vécu, hein?!), la banquette se rabat en un tour de main via les poignées situées sur le dessus des dossiers et le plancher ainsi formé, s’il présente une marche entre les deux espaces n’en est pas moins habilement atténué par un élément du fond de coffre.

Et un double fond! Un!

Un bel espace de chargement qui permet d’envisager sereinement tous déplacements!

Un plancher avec une marche, mais très habilement atténuée!

Le cache bagage est original avec un élément solidaire du hayon, un peu comme sur les premières Twingo, et un second rétractable qui prend la forme d’un rideau enroulé dans un logement à droite du coffre et qui vient se fixer  à gauche à l’aide d’une imposante poignée, si l’on souhaite cacher son chargement aux yeux des curieux.

Un mot sur LA perte qui fait encore pleurer dans les chaumières: la fameuse banquette magique de la génération « 9 », qui permettait de relever L’ASSISE pour charger des objets hauts en les posant à même le plancher. La présence de l’essieu arrière multibras a imposé ce choix, la place manquant pour installer le dispositif, c’est aussi simple que cela. Si la modularité y perd, les qualités dynamiques de la Civic n’ont qu’à s’en féliciter…


BUDGET

Système de prévention des collisions CMBS, Alerte de franchissement de LDW, assistance au maintien de la voie LKAS, limiteur de vitesse  intelligent, régulateur de vitesse adaptatif ACC, système de reconnaissance des panneaux TSR, radars de stationnement avant et arrière, caméra de recul, bluetooth, prise USB et HDMI, climatisation bi-zone, écran tactile 7″ avec Honda Connect, sièges avant chauffants, vitres surteintées, feux de jour à LED… On peut dire que la nouvelle Civic… « LKAS la baraque! »

Oui… J’aime les jeux de mots improbables…

Toujours est-il que l’équipement est pléthorique, quasi exhaustif et véritablement hyper complet, ne négligeant ni la sécurité, ni la technologie embarquée ni le confort! »Normal » pour une version haut de gamme me direz-vous? Oui… sauf qu’il ne s’agit en fait que du second niveau de finition sur les six que compte la gamme! Autant dire qu’elle conviendra à la majorité des clients!! Notre version d’essai n’ajoutait comme option que les 600€ de sa  peinture métallisée! 25500€ en tout et pour tout, c’est la somme que vous réclamera cette talentueuse –et donc peu onéreuse– Civic… Imbattable, tout simplement! Pour info, la version la plus chère équipée de cette motorisation (Exclusive Premium) s’offrira à vous pour 28500€, et le modèle le plus cher de la gamme (hors Type R) avec un moteur de 1.5 de 182ch et une boite Auto CVT7 réclamera seulement 31600€ (Prestige CVT). Incroyable. La mondialisation a du bon…

La Golf équivalente, une 1.4 125 TSI 125ch en finition Confortline débute à 25660€ hors options… mais surtout… « hors équipements », car si elle reçoit depuis son restylage un régulateur adaptatif et un écran tactile de 8″, n’en reste pas moins très en deçà de la Civic en terme d’équipement et même de présentation. Pour s’offrir une finition à peu près comparable, il faut passer à la version Carat (28030€) ou mieux Carat Edition (32680€)… Mais ce ne sont pas les mêmes tarifs…

La 308 restylée se met bien à  la page côté équipements de sécurité (pas d’ACC, mais tout de même alerte de franchissement involontaire de ligne, alerte attention conducteur, commutation automatique des feux de route, reconnaissance des panneaux de vitesse…)  et technologie embarquée (nouvel écran capacitif), mais débute à 26400€ en finition Allure et moteur 1.2 Puretech de 130ch. La Civic fait mieux sur tous les points… Une version plus valorisante esthétiquement comme une GT Line réclamera 28500€…

La concurrence, plus mesurée tarifairement parlant, sera sans doute finalement constituée de l’Opel Astra (125ch Edition à partir de 26000€) et surtout de la Renault Megane 1.2 TCe 130ch Intens qui s’affiche à 25800€. J’oublie volontairement la Seat Leon et la Mazda 3  dont les niveaux de puissance ne sont pas comparables, et les sœurs coréennes Kia Cee’d et Hyundai i30 aux tarifs pas si mesurés que cela, malgré une image encore à construire. N’est pas (encore) « Légende » qui veut…

Ce n’est pas en utilisation quotidienne qu’il faudra attendre un faux pas de la part trois cylindres: les consommations minimales relevées lors de cet essai à vitesse stabilisées étant bluffantes de frugalité: 4l à 50km/h (2200tr/min en 3ème), à peine plus de 4,5l à 90 km/h (2100tr/min), 5,1l à 110km/h (2500tr/min seulement en 6ème) et 6 litres à 130km/h  à 3000tr/min (en 6ème… On dirait presque des régimes de rotations de diesel!)


LES POINTS FORTS

Ligne dynamique

Tenue de route plaisante et sécurisante

Moteur agréable

Confort en très net progrès

Niveau général des prestations dynamiques (boite, freins direction…)

Consommations mesurées

Design intérieur flatteur

Habitabilité

Équipement pléthorique (dès Executive)

Tarif parfaitement contenu

LES POINTS FAIBLES

Quelques détails de finition

Ambiance intérieure tristounette

Garde au toit arrière

Visibilité de 3/4 arrière

CONCLUSION

On ne devient pas une légende pas hasard. Cette nouvelle Civic, en plus de profiter de la sympathique et indéniable Aura qui entourait les générations précédentes, a grandement renforcé le niveau de ses prestations dans tous les compartiments du jeu! Avec cette version « mondiale », elle peut constituer aujourd’hui bien plus qu’une alternative face aux ténors de la catégorie… où qu’ils se trouvent sur le globe!


REMERCIEMENTS

La concession HONDA VIERS AUTOMOBILES a  été l’une des deux premières concessions à me confier ses voitures. C’était déjà « à l’époque » la Civic, la 9ème du nom en version break. Merci à nouveau pour votre confiance et votre soutien, qui se manifeste sans faiblir très régulièrement! Ce fait fait chaud au cœur!

HONDA VIERS AUTOMOBILES

11 Avenue André Malraux, 19100 Brive-la-Gaillarde

05 55 88 00 91


 

 

 

10 comments for “ESSAI: HONDA CIVIC 1.0 i-VTEC Turbo 129cv Executive

  1. Nicolas74
    5 janvier 2018 at 9 h 43 min

    Aurez-vous l’occasion de prendre en main la version 1.5 Turbo 182 CV qui est semble t’il très enjouée??

    • Cyril
      5 janvier 2018 at 14 h 28 min

      Je me renseigne! Elle est effectivement très tentante…

    • Cyril
      5 janvier 2018 at 14 h 29 min

      Il va falloir que je pose la question…

  2. bali
    20 janvier 2018 at 13 h 17 min

    Bonjour. J’ai essayé la Honda 129ch 1l, elle me plait beaucoup mais j’hésite encore à l’acheter. J’ai peur d’un manque de puissance, de reprise pour doubler et si je suis chargé de plusieurs personnes aurais je assez de puissance pour ne pas me sentir frustré. Merci de me donner votre avis.

    • Cyril
      20 janvier 2018 at 13 h 52 min

      Bonjour! merci pour votre message et votre question! En roulant à 80 km/h sur les axes secondaires, vous ne serez pas frustrés au quotidien… Sauf par la lenteur de votre voyage…
      Blague à part, la boite est un peu longue sur les deux derniers rapports mais c’est sans conséquences sur le plaisir de conduire au quotidien. Certes, en charge ou en côte, il est effectivement possible qu’il « vous en manque un peu », mais très honnêtement, tomber un rapport n’aura rien d’une punition car la boite est un régal et ce moteur plein de couple.
      Néanmoins, lorsqu’on voit les tarifs contenus de cette Civic, pourquoi ne pas vous laisser tenter par la version 182ch? Essayez-là pour voir la différence (personnellement, je n’ai pas trouvé une différence phénoménale…) et si vous êtes convaincu, faites-vous offrir le malus (ou une partie) par votre concessionnaire en plus d’une petite remise commerciale…
      Cela me plairait de savoir quel aura été votre choix! N’hésitez-pas à me le communiquer à l’occasion!
      A bientôt!

      • bali
        20 janvier 2018 at 15 h 51 min

        Merci pour cette réponse si rapide ça fait vraiment plaisir. Malheureusement je n’ai qu’un budget de 20 000 euros et le concessionnaire me propose une civic 129ch version exclusive avec une garantie 5 ans pour ce prix avec la reprise de mon ancienne civic qui a 10 ans et 150000 kms. Vous dites ne pas voir une grosse différence avec la civic 180 ch donc la 129ch serait un meilleur choix non? vais je me sentir frustré en comparaison avec mon ancienne civic 1,8l 140 ch? Désolé de vous bombarder de questions mais cette civic me plait trop et je ne veux pas faire d’erreur sur mon choix. Une chose aussi j’adore le bruit de ce trois cylindre trop bon, mon hésitation est juste sur son peeps et son moteur si petit ça me fait peur. Sinon j’aime tout, son bruit, son style, son intérieur je suis charmé depuis le temps que j’attendais de revoir une nouvelle civic craquante.Merci pour tout.

        • Cyril
          20 janvier 2018 at 17 h 35 min

          L’offre qu’on vous fait me semble difficile à refuser!! Même si vous deviez concéder quelques dixièmes de secondes en 6ème, en côte, et chargé… Sur l’ensemble d’une année, ces conditions sont rarement rencontrées…
          Et très honnêtement, ce moteur m’a vraiment plu. à l’aise « en bas »… volontaire dans les tours… Sobre… Et je vous rejoins sur sa sonorité!
          Quand à sa petite cylindrée, le fait qu’il s’agisse de Honda a de quoi rassurer. Il n’ont pas mis leur moteur de F1 dans leur Civic, vous êtes sauvé… 😉 Et comme en plus vous avez une garantie 5 ans, vous êtes tranquille!
          Franchement, je ne crois pas que vous fassiez un mauvais choix. Mais ce n’est bien sûr que mon avis!
          A très vite!!

  3. bali
    20 janvier 2018 at 18 h 09 min

    Merci pour vos réponses, Avec votre analyse déjà complète sur votre blog j’étais déjà rassuré mais j’avais encore besoin de plus, je suis un anxieux je crois. Tout ça me dit que je vais craquer et que je ne vais pas passer à coté de cette si belle Civic(à mon gout). Encore merci pour vos superbes analyses. A bientôt.

    • Cyril
      20 janvier 2018 at 18 h 55 min

      Tant mieux si j’ai pu vous éclairer un peu plus! Normal d’angoisser « un peu » avant de signer un chèque d’un tel montant! J’aurais tendance à être comme vous!! Bonne route!

  4. remi
    11 février 2018 at 15 h 40 min

    Bonjour, je me intéresse a cet voiture que je ne pensé pas m’y intéresser, j’estime entre deux motorisations qui sont le 1.0 et le 1.6 diesel. Les deux en boite automatique. Le concessionnaire m’a demandé de patienter. Je me suis arrêté sur la version exécutive plus. Que me conseillé vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *