ESSAI: VOLKSWAGEN POLO TSI 95ch First Edition

VOLKSWAGEN POLO 1.0 TSi 95ch First Edition  – Prix: 19 180 € –  5 cv – BONUS/MALUS0 €  (2018)


MARABUNTA !

D’après le Larousse, la Marabunta désigne une « migration massive de fourmis légionnaires, qui dévorent sur leur passage tout ce qui est comestible« … Clio, 208, C3, A1, Fabia, Micra, Ibiza, i30 et j’en passe… Autant de denrées que la sixième génération de la célèbre fourmi de Volkswagen s’apprête à mettre à son menu. Pour cela, elle se rapproche encore un peu plus de sa grande sœur la Golf… Au point de n’en faire qu’une bouchée aussi? C’est fort possible…


PREMIER CONTACT

Aucun doute, nous sommes bien en présence d’une Volkswagen! Et selon moi davantage devant une « mini Golf » que devant une évolution de la précédente Polo, aux flancs très plats et à la ligne plutôt fade. Les proportions générales sont bien celles d’une Golf. De profil, elles est même plus élégante que cette dernière, grâce à cette petite vitre de custode qui dynamise la ligne et allège cette partie parfois critiquée (mais historique…) sur la Golf. L’arrière rebondi et la ceinture de caisse plongeante dynamise l’ensemble. Enfin, les nombreuses mais discrètes nervures (flancs, ailes avant, passages de roues, capot, coffre…), qui habillent désormais les productions Volkswagen depuis l’arrivée du Touran, de l’Arteon et autre Tiguan, donnent une belle prestance à notre Polo.

Très travaillée dans le détail, la nouvelle Polo offre un pare-chocs avant joliment dessiné (particulièrement mis en valeur avec cette teinte claire), une face avant très « Golf », mais avec cette petite bande peinte qui prolonge le capot sur la calandre et rappelle au passage le vaisseau amiral  Arteon. Le détail de style qui m’a le plus séduit est cette nervure qui part de l’aile avant, passe par les poignées de portes, se poursuit sur les feux arrière puis sur le coffre… C’est d’une grande élégance je trouve… Ce terme qualifie d’ailleurs assez bien la nouvelle Polo, qui ne fait jamais dans l’extravagant mais affirme un caractère plus dynamique que sa devancière. Plus ronde, plus large, mieux « assise » sur la route, elle fait clairement de l’ombre à la Golf qui semble quelque peu « timide » à côté de sa sémillante petite sœur…

Notre version First Edition se parait de jolie jantes de 16 pouces, mais aussi de bandes grise mate et rouge fort sympathiques, appliquées sur le capot et le toit. Bon… Gris sur gris… On a vu plus habile comme mariage… Mais voir Volkswagen se lancer dans la personnalisation est nouveau…  Alors ne faisons pas la fine bouche en encourageons-les dans cette voie!  Volkswagen ne s’est d’ailleurs pas arrêté là comme nous le verrons plus loin. Pour l’heure, prenons la route pour vérifier que ces belles premières impressions et la pointe de dynamisme qu’exprime désormais sa ligne se confirment volant en main…


SUR LA ROUTE

Premier contact et… premières inquiétudes liées à la rugosité et et aux vibrations du petit trois cylindres, constatées à froid et à l’accélération et qui se ressentent quelque peu dans le volant, le pédalier et l’assise. Soyons clair, nous ne sommes pas en présence d’une mécanique désagréable, mais son équivalent dans une vieillissante Peugeot 208 par exemple est bien mieux éduqué. Sa sonorité typiquement « 3 pattes » (un incontournable « Brrrrrrrrrrrr »!!) est également moins agréable et maitrisée que sur la Sochalienne. Notons que plus la vitesse augmente, moins la mécanique se fait vibrante. Pas de chance, nous allons être obligé de rouler à 80 km/h d’ici peu sur le réseau secondaire…. Arrrrgh…

Rassurez-vous, à vitesse stabilisée cette mécanique devient extrêmement silencieuse! On se dit alors qu’ un peu plus d’insonorisant sous le capot aurait rendu le petit 1.0 litre plus fréquentable lorsqu’on appuie sur la pédale de droite…

C’est vraiment dommage car à part cela, il n’y a que des compliments à lui faire! Très souple (en 4ème à 1000 tr/min, ce courageux compagnon reprend sans rechigner! Le couple de 175Nm est disponible de 2000 à 3500 tr/min) et disposant d’une belle allonge jusqu’à la zone rouge située à 6500tr/min, le TSi de 95 chevaux, tous bien présents, fait preuve d’un tempérament pour le moins enjoué! Ville, route ou voie rapide, il saura vraiment répondre à tous vos besoins!

La boite de vitesses à 5 rapports accolée à ce pétillant moteur offre un étagement parfait, et son levier un débattement réduit très plaisant! J’ai par contre trouvé la grille trop serrée, me faisant parfois cafouiller entre 3ème et 5ème ou 2ème et 4ème. Mettons cela  sur le compte de ma prise en main rapide. Un utilisateur régulier n’y prêtera sans doute pas attention avec le temps. 

La direction allie légèreté et consistance, rendant son maniement très agréable en toutes circonstances. Comme je le fais souvent, j’ai -un peu- pesté contre l’absence de remontées d’informations en provenance du train avant. Celui-ci ne mérite que des éloges, tant il se révèle accrocheur et dénué de tout sous-virage. Une injonction du conducteur et il vient mordre la corde du virage, ne s’en écartant que si on lui en intime l’ordre… Copié-collé du comportement des Golf, Touran et consort, je mets ce train avant au sommet de sa catégorie (au niveau d’une 208, c’est dire…) tant il rend le comportement de la Polo sympathique. N’attendez pas de surprises de la part du train arrière, il reste rivé à sa trajectoire et totalement placide. L’once de tempérament supplémentaire procuré par de cette Polo par rapport à sa grande sœur la Golf, elle le doit probablement à son format plus compact.

Une direction peu informative, mais plaisante!

Si vous y ajoutez une belle maitrise du roulis et un confort remarquable, identique à celui de la Golf, vous comprendrez qu’à titre personnel, il me tarde de prendre le volant de la Polo GTI tant le potentiel entrevu sur cette sage version TSi 95 chevaux m’a séduit! Dites? Vous l’avez remarqué mon message  subliminal?! 😉 Corollaire d’un roulis contenu grâce à des amortisseurs bien verrouillés en détente qui endiguent tous mouvements de caisse parasites, mon postérieur sensible à trouvé que les saignées et autres raccords de chaussées se ressentaient assez sèchement dans l’habitacle. Pas de quoi crier au scandale tant le niveau de confort général est de haut niveau.

La nouvelle Polo sait procurer un plaisir discret mais réel à son conducteur, tout en restant parfaitement conforme à l’idée qu’on se fait de la conduite  d’une Volkswagen: forcement sécurisante  et sans histoires.

Une version plus « musclée » corrigera sans aucun doute la petite réserve que je formulerai sur le freinage, au dosage facile et à l’efficacité irréprochable rassurez-vous, mais à la course de pédale trop longue à mon goût et à la consistance trop mollassonne. Rien de dangereux ou d’inefficace, c’est juste une question de feeling, comme le chantaient Fabienne Thibeaut et Richard Cocciante (Oui… on a les références qu’on peut… 😉 )  Ah ben ça y est… Je l’ai dans la tête… 😯

A l’heure de dresser le bilan mécanique et dynamique de cette nouvelle Polo, on ne peut qu’être séduit par sa polyvalence d’utilisation digne de celle… D’une Golf…


À BORD

Personnalisable à l’extérieur la nouvelle Polo? Attendez-donc de prendre place derrière son volant!!! Mais Où sont donc passés les plastiques noirs, sombres et tristes des précédentes générations ou seuls des touches d’alu ou de chrome venaient égailler un habitacle bien trop austère?! Et bien ils ont été jetés aux orties! Entre « deux tranches » de gris foncé, un immense bandeau rouge mat vient traverser horizontalement la planche de bord, se poursuivant sur les contre-portes et se retrouvant également autour de la console centrale. Quel choc! Si vous ajouté à cette version une partie inférieure composée de plastiques blancs, et des sièges qui reprennent le même mélange des genres vous comprendrez que les designers VW ont fait leur révolution, au moins sur cette version! C’est étonnant, déstabilisant pour les habitués de la marque, mais personnellement, j’adore! Les plus conservateurs trouveront des habitacles plus sages dans la gamme, qu’ils soient rassurés!

Pour le reste, pas de surprises: ergonomie, agencement, commodos, écran, interface graphique… Tout est repris des modèles récents, Golf en tête. De ce point de vue, il aurait été inutile de changer quoique ce soit, tant les habitacles de la marque allemande sont reconnus pour leur facilité de prise en main. La nouvelle Polo ne déroge pas à cette  immuable règle, allant même jusqu’à conserver des commandes de climatisation implantées trop bas, qui obligent donc à quitter la route des yeux pour effectuer un réglage. Dommage… Les aérateurs centraux eux-même ont dû migrer un peu plus bas pour faire place au grand écran tactile de 8 pouces du système Audio & Infotainment ‘Composition Media’ .

Toujours est-il qu’il fait bon s’installer dans cette version First Edition. Les teintes claires donnent une agréable impression d’espace et mettent en valeur les qualités d’assemblages attendues d’une Volkswagen. Le dessus de la planche de bord est composé d’un beau plastique moussé qui donne du cachet à l’habitacle, tandis que les contre-portes avant laissent apparaitre une indiscutable volonté d’économie avec l’utilisation de plastiques exclusivement rigides et un accoudoir minuscule tendu de tissu, certes, mais très peu rembourré… A l’arrière, n’espérez même pas profiter de cette petite attention… Pour résumer: on passe du « Noir c’est noir », au « dur c’est dur »…

Au moins aurez-vous l’assurance de profiter de plastiques aux grains parfaitement uniformes, parfaitement ajustés je le répète, et solides de surcroit.

La sellerie au superbes motifs de cette version First Edition, m’a semblé étonnement « molle » pour une Volkswagen, sans que le confort ne s’en ressente. Encore une fois, il semblerait qu’il faille changer quelque peu nos repères et habitudes.

Un mot sur l’habitabilité, excellente pour 4 adultes. Oubliez par contre la place centrale, sauf si vous souhaiter faire souffrir quelqu’un… On est assis plus haut sur une assise plus dure, et les jambes doivent composer avec le tunnel de servitude toujours envahissant sur les allemandes. Je ne sais pas pourquoi, mais cette inconfortable position me fait penser à Sharon Stone dans « Basic Instinct » à califourchon sur sa chaise …  😛 Bref, Ce n’est pas propre à la nouvelle Polo, les voitures de ce gabarit sont rarement accueillantes pour 5.

Le coffre pour sa part offre une capacité étonnante avec seulement 30 litres de moins que celui d’une Golf. Avec 351 litres, il vient taquiner la berline compacte. Même si la Golf  ne fait pas figure de référence dans le segment, ces valeurs très proches traduisent bien la montée en gamme de la Polo… Ses formes géométriques promettent une utilisation optimale de l’espace disponible, tandis que sous le plancher se trouve l’imposant emplacement de la roue de secours, qui peut donc servir de rangement d’appoint si vous n’avez pas coché cette option à la commande… 


BUDGET

19180€ pour ce troisième niveau de puissance disponible (65, 75 et 95 ici…) et dans ce troisième niveau de finition First Edition« exclusif » et limité dans le temps, situé entre la Confortline et la Carat, le positionnement tarifaire de notre jolie Polo est plutôt concurrentiel. Par rapport à la Confortline dont elle dérive (à 18030€), la First Edition troque ses jantes alliage de 15 pouces contre des 16 pouces plus valorisantes, ses rétroviseurs se parent d’un joli noir laqué et des badges spécifiques finissent la démarquer. À l’intérieur, les applications décoratives ‘Rouge mat’ sur la console centrale, la  caméra de recul, le capteur de pluie avec essuie glace automatique, le rétroviseur intérieur à réglage jour/nuit automatique (les trois étant inclus dans le pack City), les seuils de portes avant en aluminium ‘Beats Audio’, le système audio premium ‘Beats Audio’ de 300 watts, les sièges avant sport, l’interface avec Car-Net ‘App-Connect®’: Apple CarPlay®, Google Android Auto®, Mirror Link® font partie de la dotation de série, plus fournie donc que la version Confortline, pour seulement 1050€ de plus. Très tentant!

Elle s’approche ainsi de la dotation d’une Carat équipée du même moteur mais qui débute à 20040€ (840€ de plus que la First Edition mais 2010€ de plus que la Confortline), soit exactement la somme réclamée pour la version R-Line à la définition plus sportive. Affaire de goût et de philosophie. Elle offre entre autre la climatisation automatique ‘Climatronic’ bi-zone ou le  ParkPilot (radars d’aide au stationnement) avant / arrière.  Les écarts de prix sont très bien « calibrés » et jamais excessifs  quand on regarde la panoplie d’équipements proposés par chaque finition. Seule la version Carat Exclusive propose de série le superbe Active Info Display (le combiné d’instruments digital haute résolution), heureusement disponible pour 470€ sur les autres versions…

Notre version d’essai proposait pour 21508€ (hors frais de mise à la route) la peinture métallisée pour 530€, la navigation Discovery Media pour 790€, les feux anti brouillards (245€)  et l’incontournable ACC (600€) qui gère la vitesse et la distance entre vous et le véhicule qui vous précède et qui s’avère totalement indispensable quad on y a gouté (plus encore avec la boite DSG7, option disponible pour 1620€ supplémentaires)!!

Les moteurs diesel n’ayant plus le vent en poupe depuis quelques temps, et plus encore sur les citadines polyvalentes, les consommations de ce TSi 95 se doivent d’être irréprochablement basses pour faire oublier le dernier atout des modèles « mazoutés ». Rassurez-vous, c’est bien le cas. À vitesse stabilisée, c’est à 130km/h que la Polo consomme le plus, avec un inavouable… 7,1l à 3000tr/min!! Très belle performance!!! À 110km/h (2500tr/min) 5,5l, un peu moins de 4,5l à 90km/h et 2000tr/min (j’ai essayé la Polo fin 2017, alors oui… j’avais le droit de rouler aussi vite… Inconscient que je suis…) et 5,4l à 2000 tr/min en 3ème, en ville à 50km/h. Quand la Fourmi se fait chameau, votre budget quotidien applaudit!

Alors QUI pour barrer la route à cette insatiable teutonne? Hein? Qui?!? Oublions l’Audi A1 toujours séduisante mais vieillissante, mais surtout « hors jeu » pour des questions budgétaires: la version de base débute à 18450€, le second à 20550€… avec un équipement loin de celui de notre Polo First Edition.

Seat Ibiza et Skoda Fabia feront cause commune pour dévoiler des arguments proches de la Polo, partageant bons nombres de composants. Une Ibiza 1.0 EcoTSi 95 Style débute à 18290€ et une Fabia 1.2TSi 90 (ancien moteur donc…) Style à 17860€. Pas de secret, Volkswagen se réserve les meilleurs « ingrédients », mais la recette proposée par l’Espagnole et la Tchèque a de quoi séduire. Point de série spéciale pour elles cependant, il faudra donc leur opposer une Polo Confortline à 18030€… Qui a dit que l’originale était forcement la plus chère?!?

Du côté des françaises, une Peugeot 208 offre le choix entre 82ch et 110ch, et donc rien de vraiment « frontal ». Je garde un souvenir ému du 110 chevaux… qui débute à 19600€ en finition Allure 3 portes… très présomptueux de la part de la française!! Une Clio 0.9 Energy TCe 90ch Life s’échange contre un chèque de 18700€.  Toujours concurrentielle la Polo!!! Je terminerais avec une outsider japonaise, avec la Nissan Micra 0.9 IG-T 90 Acenta (ou la série spéciale « Made in France ») ne valant que 16 690€ avec son positionnement « jeune » et ses nombreux équipements technologiques! En tout cas, il est bien loin le temps où Volkswagen se prenait au sérieux tarifairement parlant! Et de se dire que finalement, on peut bien avoir un peu mal au coude et accepter quelques plastiques rigides supplémentaires… 😉


LES POINTS FORTS

Mini Golf

Ligne sobre mais dynamique

Confort général de haut niveau

Qualité dynamique (train avant; roulis maitrisé)

Moteur souple et volontaire

Silence à vitesse stabilisée

Qualité d’assemblage

Consommations très basses

Polyvalence d’utilisation

LES POINTS FAIBLES

Moteur vibrant à l’accélération

Quelques économies visibles

Moi je veux la GTI…

CONCLUSION

Volkswagen frappe indéniablement un grand coup avec cette nouvelle Polo. Très aboutie techniquement et dynamiquement, elle offre un contenu technologique à la page et de nouveaux arguments, à commencer par un tarif étudié et un esprit plus « jeune » symbolisé par l’habitacle coloré et lumineux de cette version First Edition. Bien sûr, l’utilisation plus massive de plastiques rigides trahissent la volonté de faire quelques économies (tendance générale entrevue aussi chez la concurrence…), mais les assemblages ne prêtent pas le flanc à la critique au contraire de la sonorité vibrante de son trois cylindres. En se dotant de prestations digne du segment supérieur, la fourmi est donc parfaitement armée pour se placer tout en haut de la chaine alimentaire des citadines compactes polyvalentes…


REMERCIEMENTS

Toujours à mes côtés et disponibles pour me faire découvrir les nouveautés du groupe, je tiens à remercier comme à chaque fois la concession Volkswagen Axess Automobiles de Brive et l’ensemble du Groupe FAURIE pour son accueil et sa bienveillance!

VOLKSWAGEN AXESS AUTOMOBILES

ZAC DU MAZAUD RUE ARMAND SOURIE

19100 BRIVE LA GAILLARDE

05 55 87 17 17


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *